RTBFPasser au contenu
Rechercher

Quel Temps!

Toussaint : quelle plante choisir pour résister à notre climat ?

01 nov. 2021 à 12:01Temps de lecture3 min
Par Bénédicte Duval

Le chrysanthème est la plante associée au 1er novembre. Ces pomponnettes offrent de très jolies couleurs à cette période de l’année, elles sont connues pour leurs teintes roses, rouges, oranges, jaunes ou encore blanches mais ce choix n’est pas le plus idéal pour notre climat.

Cette plante originaire de Corée n’est pas adaptée à nos conditions climatiques. Les fleurs sont assez sensibles et dès les premières gelées, les fleurs fanent. " Il est possible de les pailler pour lui faire passer l’hiver. Le chrysanthème, pour moi, n’est pas une plante intéressante parce que ce n’est pas forcément une culture qui est toujours très propre ensuite, c’est une plante qui n’est utilisée que pour 15 jours. Je ne trouve pas ça écologiquement très intéressant " explique Yoann Francis, conseiller à la pépinière " Les Terres d’Ici ".

La météo capricieuse que nous connaissons en Belgique nous oblige très régulièrement à nous adapter. Le vent, la pluie, le gèle ou encore le soleil peuvent faire des dégâts et notamment sur les fleurs et les plantes qui garnissent les tombes de nos chers disparus. Heureusement, certaines sont adaptées à nos conditions comme le précise Yoann : " La Nandina domestica a l’avantage d’avoir un feuillage persistant et une floraison estivale et des baies rouges en plus en hiver. C’est une plante qui est décorative toute l’année, qui a une très bonne résistance à la sécheresse. Seul bémol, elle est un petit peu plus fragile au froid. Si on descend en dessous de 15 degrés, elle peut souffrir mais elle repart assez facilement ".

Autre alternative, le rosier The Fairy, très décoratif avec ses fleurs rose clair abondantes : " il est très résistant au niveau des maladies, au niveau climatique aussi parce qu’il est résistant à l’humidité et à la sécheresse. Une fois qu’il est bien implanté, la floraison dure de juin jusqu’au gel, donc c’est très intéressant. Par contre, en hiver, on n’a pas de feuillage. La Salvia est également très sympa. Cette plante est assez résistante à la sécheresse si elle est bien implantée, par contre, elle va être un peu plus grande pour mettre sur une tombe mais elle peut se tailler aussi assez facilement ".

Franck Villano

La place sur une tombe est parfois limitée, il est plus facile d’y déposer une jardinière qui offre beaucoup d’avantages à condition de bien les composer : " Il faut privilégier les floraisons ou les feuillages qui vont rester en hiver comme la Pensée qui va fleurir jusqu’aux grosses chaleurs. Autre exemple, les Ericas avec une floraison hivernale jusqu’en mars, en fonction de la variété. On peut intégrer aussi des petits bulbes comme des crocus qui vont ressortir au printemps " précise Yoann. Ces compositions doivent impérativement être préparées avec un terreau pour les plantes d’hiver. Si le terreau n’est pas adapté, il risque d’y avoir trop d’eau ce qui entraînera inévitablement le pourrissement. Il faut également être attentif au choix du pot comme l’explique Yoann : "L’idéal, c’est le bois, parce que c’est une très bonne isolation. Par contre, on va être dans des pots toujours un peu plus grands, il n’y a pas de petit volume. On peut aussi utiliser des pots en plastique ou en fibre qui vont déjà couper un peu plus du froid. Il faut surtout éviter tout ce qui est pierre qui chauffe ou refroidit plus vite. En hiver, les plantes seront un peu plus fragilisées.

Si on privilégie le pot, il faut un minimum de suivi surtout s’il fait un peu plus sec ou plus venteux mais rassurez-vous, si ce n’est pas possible, des solutions existent : " Vous pouvez toujours travailler avec des Oyas qui sont des pots en terre cuite qui vont garder une réserve d’eau pour votre plante. Il va falloir remplir une fois toute la semaine ou une fois tous les quinze jours en fonction de la taille du réservoir ".

Articles recommandés pour vous