Fenêtre sur doc

Tout va bien ! Le cinéma de Jan Bucquoy : voyage documentaire au pays du surréalisme

Jan Bucquoy devant le Dolle Mol

Pour ce premier rendez-vous de Fenêtre sur doc été on vous propose de plonger dans l’univers d’un artiste hors normes, dont l’œuvre est empreinte de surréalisme typiquement belge. Poète, plasticien, scénariste, metteur en scène, cinéaste, iconoclaste et sensible :  Jan Bucquoy est tout cela à la fois. C’est aussi le père de Marie pour qui il a écrit son dernier film.

"Tout va bien ! le cinéma de Jan Bucquoy" : c’est un documentaire de Stefan Thibeau, léger et profond à la fois, à ne pas manquer le lundi 04 juillet à 22h20  sur La Trois et à revoir sur Auvio

 

Tout va bien! Le cinéma de Jan Bucquoy

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un drapeau noir et rouge orné d’une banane déployé aux abords du Palais Royal : cette image est souvent associée au travail de Jan Bucquoy. Mais Jan Bucquoy, ce n’est pas que ça. Il n’est pas que le fondateur du musée du slip, auteur du faux coup d’Etat au Palais Royal ou de nombreux entartages à Cannes. Le réalisateur Stefan Thibeau a décidé d’aller au-delà de tout cela pour dévoiler un autre visage, celui d'un cinéaste et artiste sensible et nous raconte ici un Jan Bucquoy sous toutes ses facettes.

Neuvième numéro de la collection documentaire Cinéastes d’aujourd’hui " dédiée aux réalisateurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce documentaire est " émouvant et marrant à la fois ". Exactement comme Jan Bucquoy décrit lui-même son dernier film La dernière tentation des Belges dont il est abondamment question ici. Sorti en salles l’an dernier, ce film est une sorte de suite lointaine de ses films " La Vie sexuelle des Belges " et " Camping Cosmos " qui ont marqué le cinéma belge des années nonante.  C’est l’histoire d’un père qui raconte des histoires à sa fille pour éviter qu’elle ne meure.  Et quand on demande au réalisateur Stefan Thibeau ce qu’est son documentaire il dit que " c’est un documentaire sur Jan en train de réaliser un film sur Jan ".

Cela donne un documentaire à l’image de son personnage principal : volontiers décalé et terriblement sensible à la fois. Grâce à une série d’aller-retour subtilement désordonné entre présent et passé, entre archives et récit d’aujourd’hui, ce documentaire très cinématographique nous plonge avec délice dans l’univers de celui qui est bien plus qu’un provocateur anarchiste.  Comme l’a expliqué le réalisateur Stefan Thibeau dans une interview accordée à Hadja Lahbib

Tout va bien ! Le cinéma de Jan Bucquoy interview

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Au récit de Jan Bucquoy, s’ajoute des témoignages de ceux et celles qui ont travaillé avec lui, dont Arno que l’on revoit avec émotion ou encore Alex Vizorek, acteur dans La dernière tentation des Belges au côté d’Alice on the Roof qui joue le rôle de sa fille Marie et qui interprète la chanson du générique fin de ce documentaire.

En 75 minutes, ce documentaire plein de poésie nous livre ainsi un portrait intime et touchant de Jan Bucquoy, personnalité engagée et atypique du cinéma belge. " Jan c’est une prosopopée de la Belgique " dit l’autrice française Corinne Maier. " Une prosopopée c’est quand on fait parler une idée ou quelqu’un qui n’existe pas. Et en l’occurrence, à travers lui c’est une certaine Belgique qui passe, Jan c’est une sorte d’ambassadeur de la Belgique ".

Produit par la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Cobra Films en coproduction avec la RTBF

Sur le même sujet

Austral : un voyage documentaire saisissant en mer au large du Chili

Fenêtre sur doc

All-in : une plongée documentaire dans le monde démesuré du tourisme de masse

Fenêtre sur doc

Articles recommandés pour vous