Trafic d'armes : un suspect maintenu en prison et un autre placé sous bracelet électronique

Les armes saisies.

© DIRK WAEM - BELGA

11 sept. 2020 à 17:37Temps de lecture2 min
Par Belga

Dans le cadre de l'enquête à grande échelle sur un commerce illégal d'armes à feu, la chambre du conseil de Bruxelles a confirmé, vendredi, la détention d'un suspect et en a placé un autre sous bracelet électronique, a indiqué en fin de journée le parquet fédéral. Un troisième individu placé sous mandat d'arrêt jeudi par le juge d'instruction doit encore comparaître. Les deux autres suspects mis à disposition du parquet ont été libérés.

Les deux hommes qui sont passés vendredi devant la chambre du conseil avaient été placés sous mandat d'arrêt mercredi et inculpés pour infractions à la loi sur les armes, possession illégale d'armes et vente illégale d'armes. L'un des deux suspects a de plus été inculpé de recel et de blanchiment.

Au total, 10 personnes ont été interpellées mardi dans ce dossier, selon la communication du parquet fédéral de mercredi matin. Les arrestations ont eu lieu lors de perquisitions dans différents lieux à Bruxelles et ailleurs en Belgique. Au cours de ces perquisitions, 374 armes, 400 kilos de munitions et plusieurs véhicules de luxe ont été saisis.

Les perquisitions ont eu lieu dans des domiciles privés, une armurerie et un commissariat

Ce sont seize perquisitions qui ont été menées mardi matin dans le cadre de cette enquête pour trafic d'armes à feu menée par le parquet fédéral et dirigée par un juge d'instruction bruxellois. "Les perquisitions ont eu lieu simultanément dans des domiciles privés, dans une armurerie et dans un commissariat de police", a indiqué le parquet fédéral. Elles se sont notamment déroulées à Watermael-Boitsfort, Waterloo, Braine-l'Alleud, Braine-le-Château, Laeken, Auderghem, Lasne, Ath, Verviers et Tubize.

"De très nombreuses armes de poing, armes longues et armes automatiques ont été retrouvées, ainsi que des grenades. Au total, 374 armes ont été saisies pour examen ainsi que 400 kilos de munitions. Douze véhicules dont plusieurs véhicules de luxe ont également été saisis", a précisé le parquet.

Des experts en armement sont intervenus en soutien aux enquêteurs, afin d'identifier plus facilement les différents types d'armes retrouvées.

Sur les dix personnes interpellées mardi dans ce dossier et entendues par les enquêteurs de la police judiciaire fédérale de Bruxelles figurent des collectionneurs, deux armuriers et un commissaire de police de la zone Bruxelles-Ixelles. Cinq d'entre elles ont été mises à la disposition du juge d'instruction.

La zone de police de Bruxelles-Ixelles a ouvert une enquête disciplinaire contre le commissaire mis en cause. Il a de plus été suspendu, a indiqué mercredi le porte-parole de la zone de police, Olivier Slosse.

Enquête sur un trafic d armes: un commissaire de police de Bruxelles-Ixelles interpellé

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Articles recommandés pour vous