RTBFPasser au contenu
Rechercher

Football

Trajectoire atypique pour le Belge Norman Bassette qui s’incline avec Caen face à Lyon en finale de la Coupe Gambardella

07 mai 2022 à 19:08Temps de lecture2 min
Par Pierre Lambert

Ce samedi soir se disputait la finale de la Coupe Gambardella en France. Organisée par la Fédération française de football, cette épreuve est ouverte aux jeunes de moins de 18 ans afin de leur permettre de se mettre en valeur. Et c’est Lyon qui remporte l’édition 2022 face à Caen. Une équipe de Caen qui compte un Belge parmi les titulaires : Norman Bassette. Cet attaquant a pourtant failli arrêter le foot, victime de harcèlement plus jeune.

La vie à l’internat n’a pas été simple pour moi. J’ai connu le harcèlement. J’avais seulement 13 ans.

Norman Bassette. Son nom ne vous dira peut-être rien, mais sa trajectoire mérite d’être connue. International U18, ce jeune originaire d’Arlon débarque à Caen à 15 ans seulement. Trop jeune pour signer un contrat, il doit attendre la fin 2021 pour enfin lancer son rêve.

S’il a joué ce samedi soir, Norman a pourtant failli arrêter le foot plus jeune car il est victime de harcèlement par des joueurs plus âgés alors qu’il n’a que 13 ans comme il l’explique dans une interview à Onze Mondial : "La vie à l’internat n’a pas été simple pour moi. J’ai connu le harcèlement. J’avais seulement 13 ans, et des gars de 18 ans me faisaient la misère. Et moi, je n’osais rien. Par exemple, mes affaires disparaissaient constamment, on me volait tout ce que j’avais. […] Je gardais tout pour moi. J’avais peur de le dire. D’autant plus que je fais partie d’une famille des gens du voyage. Je ne voulais pas faire d’histoire. Surtout que les grands me disaient : "Si tu le dis, tu vas voir !". Un jour, j’ai essayé de me rebeller. Mais je n’aurais pas dû. Parce qu’après ça, ils m’ont fait encore plus la misère."

Pourtant, il performe avec Eupen. Mais l’avenir proposé par les Pandas ne l’enchante pas vraiment. Devant vivre dans un internat germanophone pour jeunes à mobilité réduite, Norman a dû mal. Pourtant, l’attaquant s’investit, notamment en organisant des tournois de foot. Une expérience qui va l’aider mentalement.

"Un handicapé ne savait pas parler, il échangeait avec les autres à l’aide d’un ordinateur. Un jour, il m’a écrit : Si j’avais la chance de marcher comme toi, je serais le plus heureux du monde. Quand tu lis ça, tu vois les choses différemment", continue d’expliquer le joueur à Onze Mondial.

Son rêve mis de côté, Norman se relance à Caen

Alors qu’il ne se voit plus évoluer au football, Norman est remarqué par des recruteurs du SM Caen qui ont été convaincus à la suite d’une vidéo envoyée par le joueur.

Et tout va très vite s’emballer pour l’attaquant qui commence à se faire un nom en empilant les buts. Il passe pro et joue en National 2 (au total 14 apparitions pour trois buts), mais également en Coupe Gambardella.

Il rajoute dans son interview : "J’ai joué mes premières minutes chez les professionnels. C’était beau. Mon exemple, c’est Haaland. Pour moi, c’est un crack ! Je me compare à lui car j’ai un style de jeu similaire. Il est grand, rapide, il décroche, c’est une vraie source d’inspiration. Mentalement, je m’inspire de Ronaldo. C’est un immense bosseur. Au final, le harcèlement que j’ai subi m’a rendu plus fort."

Avec un doublé en huitièmes, un but en quarts et deux autres en demies, ce gaucher est pour beaucoup dans la qualification de son équipe pour la finale. Une première depuis 2001.

Malheureusement pour Caen et Norman, Lyon va s’imposer aux tirs au but. Et Bassette va louper le sien. Une expérience qui lui servira certainement pour la suite de sa carrière. Qu’on lui souhaite la meilleure possible.

Loading...
Loading...
Loading...

Articles recommandés pour vous