Regions

Trois territoires de la province de Luxembourg vont tester un projet pilote "Zéro chômeur longue durée"

Image d’illustration

© Getty Images

Par AnaÏs Stas

17 communes (ou groupement de communes) ont été sélectionnées en Wallonie comme commune pilote : Zéro chômeur longue durée. Dans notre province de Luxembourg, les communes d’Hotton, Durbuy, Erezee, Rendeux et la Roche-en-Ardennes se sont rassemblées dans l’objectif de remettre 24 chômeurs longue durée au travail. Virton, Rouvroy et Meix-Devant-Virton espèrent 20 emplois, et enfin, la commune de Bertrix : 15 emplois. Ces projets seront testés pendant cinq ans. Pour mener à bien leurs objectifs, ces communes et groupement de communes reçoivent des subsides de la Région et de l’Europe.

Le but ici est de remettre à l’emploi des personnes au chômage depuis plus de deux ans, et donc, considérées comme éloignées du travail. L’idée est de lever les freins à l’emploi comme les problèmes de mobilité, et d’identifier les compétences et envies des personnes qui seront accompagnées. "On a une liste de personnes qui rentrent dans les critères de ce projet. On va les rencontrer et partir de leurs envies pour leur redonner goût au travail" explique Vincianne Pierard, présidente du CPAS de Bertrix. "En même temps, on souhaite aider la population. Par exemple, réaliser de petits travaux de rénovation, faire des courses, relever les compteurs, désencombrer, enlever les déchets etc. La liste n’est pas exhaustive car elle partira des envies des personnes que nous allons accompagner pour les remettre au travail". Sur la commune de Bertrix, une quinzaine de personnes pourront, sur base volontaire, bénéficier d’un accompagnement dans le cadre du projet "Zéro chômeur longue durée". Pour mener à bien ce projet, le CPAS de Bertrix, qui sera l’employeur des personnes remises à l’emploi recevra 3.5 millions d’euros sur cinq ans.

Créer des structures porteuses d’emplois

Du côté des trois communes gaumaises, Virton, Rouvroy et Meix-Devant-Virton, la réflexion sur ce projet a débuté il y a quelques années déjà. "On a commencé à y réfléchir en 2018" déclare Vincent Wauthoz, premier échevin de Virton. Les trois communes ont délimité les territoires concernés par le projet. "Pour obtenir les subsides, on devait absolument définir un territoire de maximum 15.000 habitants. Il y a donc eu un gros travail de recensement, d’analyse du territoire. On a environ 200 personnes sur nos communes qui entrent dans les critères". Dans les mois à venir, il faudra rencontrer et sélectionner les candidats, analyser leurs compétences, besoins, attentes, freins à l’emploi et créer l’emploi. Pour relever ce challenge, la Locomobile (une société à finalité sociale) a été désignée gestionnaire de projet. Elle recevra un subside de 4 millions d’euros étalé sur cinq ans. "Il va falloir créer des structures porteuses d’emplois. On a quelques pistes de domaines porteurs comme la mobilité. Tout ce qui relève de la mobilité médicale, véhiculer les personnes vers les zones de soins. Là on a un gisement d’emplois car on a une forte demande mais aucune société qui s’en charge. On pense aussi récupération de matériaux, maraîchage".

Luxembourg, le journal de 7H30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous