Regions

Trop d'élèves dans l'enseignement secondaire général, conséquence de la crise sanitaire

Cette rentrée, les élèves seront plus nombreux que d'habitude dans l'enseignement général
31 août 2020 à 14:23 - mise à jour 01 sept. 2020 à 06:03Temps de lecture2 min
Par Barbara Schaal

C’est un problème que rencontrent de nombreuses écoles secondaires, d’enseignement général : cette année elles auront plus d’élèves que d’habitude. Une situation directement liée à la crise sanitaire, qui n’est pas sans poser de problèmes aux responsables d’établissements.

Pas d’examen, pas de réorientation

En 2020, crise du coronavirus oblige, il n’y a pas eu d’examens. Pas non plus de suivi aussi personnalisé que d’habitude. Pour passer à l’année supérieure, la clémence était de mise. Résultat : certains élèves qui en temps normal auraient fait le choix de se réorienter vers un autre type d’enseignement, comme l’enseignement technique, restent en filière générale. Aux petits nouveaux, ceux qui entrent cette année en première, s’ajoutent donc ceux qui restent ou plutôt ceux qui ne partent pas. Les effectifs des classes gonflent et ça n’est pas toujours simple à gérer.

Des locaux saturés

L’Athénée royal de l’Air pur est l’un des établissements secondaires d’enseignement général confronté au problème. En règle générale, chaque année, quelque 100 élèves quittent l’établissement pour se réorienter. Mais cette année, presque tous restent et passent dans la classe supérieure. Et cela nécessite une véritable réorganisation de l’école.

"C’est un fameux problème", s’alarme Frédéric Cool, le préfet des études. "Nous étions déjà dans une situation de quasi-saturation des locaux", explique-t-il. "Ici, nous avons dû faire une demande en urgence pour avoir des classes préfabriquées, installées sur le site. Mais cela met du temps, nous ne les aurons pas avant janvier". En attendant, la commune de Seraing a mis à disposition de l’Athénée, des salles de classe dans une école primaire, à proximité. "Nous devons mettre en place un système d’autocar pour que les élèves puissent s’y rendre", précise le préfet.

Pas assez de professeurs

Autre problème : l’encadrement de tous ces élèves. "Dans l’enseignement secondaire, l’encadrement est calculé sur la base de la population présente en janvier de l’année précédente. Nous avions 1806 élèves l’an dernier. Si cette année nous en avons 1900, il nous manquera des dizaines et des dizaines d’heures pour pouvoir assurer correctement les cours."

Nous avons contacté plusieurs écoles secondaires d’enseignement général en Province de Liège. Toutes nous ont confirmé être confrontées au problème.

Les établissements d’enseignement techniques font donc logiquement face au problème inverse : "tous les élèves qu’ils auraient dû recevoir cette rentrée, eh bien ils ne les recevront pas, ou du moins, pas tout de suite", raisonne le Préfet de l’Air pur.

Une situation qui devrait revenir à l’équilibre en cours d’année scolaire, alors que les élèves disposent encore de plusieurs semaines pour se réorienter.

 

Les craintes des enseignants à risque du coronavirus dans notre 13h de ce 31 août

Articles recommandés pour vous