C'est génial

Twin Peaks, la Mère de toutes les séries actuelles

28 juil. 2022 à 12:36Temps de lecture4 min
Par Bénédicte Beauloye

Nous sommes le 8 avril 1990. Le pilote de la série ‘Twin Peaks’débarque sur les petits écrans. Les créateurs David Lynch et Mark Frost retiennent leur souffle. Si l’audience est bonne, ils pourront donner libre cours à leur imagination fertile pour développer une ou plusieurs saisons. Si pas, une fin est déjà tournée pour recycler le premier épisode en un téléfilm. Le verdict tombe : un succès colossal. C’est parti pour trente épisodes d’un soap opera hallucinatoire qui influencera l’univers des séries pour les décennies suivantes.

Un lieu aussi magnifique qu’étrange

Twin Peaks UK Festival
Twin Peaks UK Festival 2015 Amy T. Zielinski via Getty Image

Dale Cooper débarque à Twin Peaks, à la frontière avec le Canada. Agent du FBI, il vient résoudre le meurtre de Laura Palmer, une jeune lycéenne retrouvée morte près de la rivière. Il confie ses premières impressions de la ville de Twin Peaks à sa secrétaire Diane au travers de son dictaphone :

Diane, je n’ai jamais vu un aussi grand nombre d’arbres de toute ma vie. Je ne sais pas trop où cela peut nous conduire, mais j’ai la ferme conviction que cela ne peut être qu’un lieu aussi magnifique qu’étrange.

Etrange, vous avez dit étrange

Etrange, le terme est bien choisi. Car chez David Lynch, la normalité n’a pas sa place. La très large galerie de personnages invite à l’étude de mœurs. L’enquêteur Cooper va découvrir peu à peu les secrets des habitants de cette petite ville à l’apparence si tranquille. Les travers et faiblesses des uns et des autres. Une blonde secrétaire à la logique surprenante. Une femme converse avec sa bûche. Un général des armées porté sur l’interprétation des phénomènes surnaturels. Un jeune homme agoraphobe qui se réfugie dans sa forêt d’Orchidée. Les Jennings, Hurley, Palmer, Johnson, Horne. Sous ses allures de soap opera désuet, c’est un thriller haletant, dopé au surnaturel. Ce mélange détonant entre les genres va faire la force de la série culte.

Loading...

Pour C’est génial !, Benjamin d’Aoust, l’un des créateurs de la série ‘La Trêve, résume l’antagonisme des styles.

" C’est vraiment un mélange des genres. On passe de l’horreur, du stress, de l’angoisse, à des moments d’humour, de tendresse, de sincérité. Dale Cooper est un personnage exceptionnel de gentillesse, de bizarreries et de drôleries. Je n’ai pas vu beaucoup de séries qui soient parvenues à mélanger aussi bien ces deux versants de l’humain. "

Ce tour de force, on le doit à David Lynch, mais il ne faut pas oublier que la série a été le fruit d’une collaboration avec Mark Frost. La direction artistique de Lynch associée à la puissance scénaristique du créateur de ‘Hill street blues' est un cocktail détonant et addictif.

La Mère de toutes les séries

Le réalisateur David Lynch et le scénariste et concepteur Mark Frost.
Le réalisateur David Lynch et le scénariste et concepteur Mark Frost. Jeff Kravitz/FilmMagic via Getty image

Alain Lorfèvre, journaliste cinéma au journal La Libre, raconte comment l’association de ces deux imaginaires va créer celle que l’on surnomme ‘La Mère de toutes les séries’:

L’apport essentiel de Lynch sur la série c’est la direction artistique. La qualité des décors, le choix de la musique (de Angelo Badalamenti), c’est emblématique du cinéma de Lynch. C’est un univers très particulier. Mark Frost est aussi un personnage capital. Il avait créé la série ‘Hill street blues’, inspirant un tas de séries comme ‘The wire' notamment, qui révolutionne le show policier à la télévision. Une série beaucoup plus ancrée dans le réel avec une multitude de personnages qui se croisent. On retrouve aussi cet apport de Frost dans Twin Peaks avec cette tentative de mêler le soap opera avec l’intrigue policière, et le fantastique. Cette alchimie entre Frost et Lynch fait le côté unique de Twin Peaks, et ce côté fondateur qui va ouvrir la voie à d’autres séries pluridisciplinaires. "

Un cinéaste indépendant pour la télévision

Choix de carrière atypique pour David Lynch, alors qu’il vient d’être nominé à Cannes. Issu de la Peinture, le réalisateur ne va pas hésiter à explorer d’autres canaux d’expressions, et faire le choix iconoclaste du média méprisé qu’est la télévision à la fin des années quatre-vingt. A ce moment de sa carrière, il a dans sa filmographie seulement trois films : Eraserhead, Elephant man et Blue Velvet, les deux derniers ayant reçu de nombreuses récompenses. Il tourne en parallèle des premiers épisodes de Twin Peaks pour la chaîne de télévision ABC, et le film Sailor et Lula avec Nicolas Cage et Laura Dern. Il s’assure de ne pas rester sur un échec. Les deux productions remporteront un grand succès. Il est doublement gagnant. Nous aussi, car Twin Peaks c’est aussi le fruit de restrictions syndicales à Hollywood.

" C’est aussi un énorme coup de chance. Il y a une grève des scénaristes aux Etats-Unis à la fin des années 80, et donc les chaînes de télévision sont en manque de scenarii. Le système américain est très différent du système européen. Les chaînes sont abreuvées d’histoires en permanence, elles en produisent une sur vingt. Et là, il n’y a rien. Mark Frost et David Lynch vont présenter Twin Peaks. Lynch tourne une fin à son pilote, qui a été utilisée différemment dans la série, pour pouvoir en faire un téléfilm au cas où la série est refusée. "

I will see you again in 25 years

La chaîne ABC qui produisait a malheureusement a voulu une résolution rapide du mystère, ce qui a tué la série. Qu’est-ce Lynch et Frost nous aurait concocté dans plusieurs saisons supplémentaires ? En tout cas, les deux magiciens n’en sont pas restés là. En 2017, la troisième saison de Twin Peaks sort. Encore plus hypnotique et incompréhensible, elle s’approche d’une fusion entre ‘Eraserhead’et ‘Inland Empire’. Kyle MacLachlan et une kyrielle d’autres acteurs de la série initiale se retrouvent. Avec Lynch rien n’est laissé au hasard. Ce grand retour vingt-cinq ans plus tard était annoncé par Laura Palmer dans les dernières minutes de la saison 2.

Loading...

En trente épisodes, la série a terrifié et amusé la génération des nineties. Un quart de siècle plus tard, le paysage audiovisuel et des médias a totalement changé par l’avènement d’internet. Pourtant, malgré ses longueurs, son style volontairement télévisé, Twin Peaks fascine et captive tout autant la nouvelle génération.

Sur le même sujet

Blade Runner, "un film qui ne peut pas vieillir"

C'est génial

Pourquoi Eminem est génial ?

C'est génial

Articles recommandés pour vous