RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

"Uber Files" en Belgique : le PTB demande l’audition du secrétaire d’Etat bruxellois Pascal Smet

12 juil. 2022 à 10:04 - mise à jour 12 juil. 2022 à 11:02Temps de lecture2 min
Par Belga, mis en ligne par K.D.

Le PTB a demandé mardi l’audition en urgence, encore cette semaine, du secrétaire d’État bruxellois, Pascal Smet, à propos des relations qu’il a entretenues avec un lobbyiste de la multinationale Uber.

Le socialiste bruxellois a été ministre de la Mobilité dans le gouvernement régional de 2014 à 2019. Dans ce cadre, il lui revenait d’élaborer un cadre légal pour les nouveaux services de transport, dont la plateforme Uber.

Selon les documents analysés par "Le Soir", "De Tijd" et "Knack", Pascal Smet a été très régulièrement en contact avec Marc MacGann, qu’il connaissait déjà. Ce dernier, qui n’est autre que le lanceur d’alerte par qui l’affaire a démarré ce week-end dans les médias, a vu à l’époque en M. Smet un "allié".

 

Une dizaine de contacts ont eu lieu entre Uber et le cabinet du ministre, d’après les mails consultés par les trois médias. Uber aurait reçu les grandes lignes du projet de réforme avant qu’il ne soit rendu public. Et quand le projet de plan du ministre a fuité dans la presse, le cabinet aurait donné des consignes à Uber sur la position à adopter dans les médias. Il est même question d’un "gentleman’s agreement" entre l’un et l’autre. Uber aurait également été informé du fait que les contrôles qui seraient menés sur ses chauffeurs ne porteraient que sur des questions d’assurance et de sécurité.

"Des relations "confidentielles", des projets d’accord et de loi transmis en avant-première, des communiqués de presse concertés, avec le cabinet du ministre qui aurait été jusqu’à corriger un communiqué de la multinationale… c’est incroyable ! Nous découvrons chaque jour de plus en plus la stratégie de la multinationale pour s’imposer dans les grandes villes. Bruxelles est considérée comme stratégique à leurs yeux, et il semble que la relation avec l’ex-ministre de la Mobilité socialiste Pascal Smet (Vooruit) était essentielle pour eux", a souligné la cheffe de groupe du PTB à la Chambre, Françoise De Smedt.

Selon les communistes, Pascal Smet, aujourd’hui secrétaire d’État à l’Urbanisme, doit répondre des faits relatés dans la presse. "Un ministre est là pour défendre l’intérêt général et non se prendre pour un lobbyiste d’une multinationale américaine qui s’impose sur les marchés pour détricoter le droit du travail", a dit Françoise De Smedt.

Sur le même thème

Journal télévisé 11/07/2022

Pascal Smet se défend

Interrogé dans "Le Soir", le secrétaire d'État se défend de toute ambiguïté. "J'ai été très clair avec lui à chaque conversation : Uber n'a d'avenir à Bruxelles que dans un cadre déterminé par le gouvernement, avec le respect du statut du chauffeur, la transparence pour le client et la transmission des données au gouvernement. J'ai vu en lui, avant tout, un allié au sein d'Uber pour nous aider à faire passer notre programme. Car tout le monde au sein d'Uber n'était pas sur la même ligne", a-t-il expliqué.

Qu'Uber ait bénéficié d'informations sur le plan taxi du ministre ne lui paraît pas anormal, puisque des réunions avaient également lieu avec le secteur des taxis et que le contexte des discussions était marqué par de vives tensions. "Nous voulions éviter des grèves qui auraient paralysé Bruxelles, nous voulions éviter des déclarations qui auraient encore accru la polarisation. D'où la discrétion dans la discussion avec toutes les parties", a-t-il ajouté dans "De Tijd".

Un autre homme politique est cité pour avoir entretenu des contacts étroits avec Uber, le bourgmestre d’Uccle, Boris Dilliès (MR), qui siégeait à l’époque au parlement bruxellois.

Sur le même sujet

Lourde perte pour Uber au 2e trimestre, mais chiffre d'affaires meilleur que prévu

Monde

Uber Files : le lobbyiste Mark MacGann s'identifie comme le lanceur d'alerte

Economie

Articles recommandés pour vous