Info

Ukraine : le dispositif militaire russe renforcé au cours du week-end, selon le Pentagone

© 2022 Getty Images via AFP

14 févr. 2022 à 15:36 - mise à jour 14 févr. 2022 à 17:33Temps de lecture3 min
Par Belga

La Russie a encore renforcé son dispositif militaire aux frontières de l'Ukraine au cours du week-end, a déclaré lundi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, malgré l'annonce par Moscou de la fin de certains exercices militaires.

Le président russe Vladimir Poutine "a d'amples capacités à sa disposition", a déclaré M. Kirby à CNN. "Il continue d'envoyer des forces supplémentaires le long de cette frontière avec l'Ukraine, y compris au cours du week-end, et il dispose de bien plus que 100.000 (hommes)".

Olaf Scholz exhorte la Russie à saisir "les offres de dialogue"

Du côté européen, le chancelier allemand Olaf Scholz a exhorté lundi à Kiev la Russie à saisir les "offres de dialogue" destinées à aboutir à une désescalade de la crise ukrainienne.

"Les activités militaires de la Russie à la frontière ukrainienne ne sont pas compréhensibles. Il n'y a pas de motifs raisonnables pour un tel déploiement militaire. Et nous demandons à la Russie de saisir les offres de dialogue existantes", a déclaré M. Scholz lors d'une conférence de presse avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à la veille d'un déplacement à Moscou.

Le président ukrainien a affirmé de son côté qu'une appartenance de l'Ukraine à l'Otan "garantirait notre sécurité". "Nous comprenons qu'une appartenance à l'Otan garantirait notre sécurité et notre souveraineté territoriale", a déclaré M. Zelensky.

L'Ukraine considère le gazoduc controversé russo-allemand Nord Stream 2 comme une "arme géopolitique", a encore affirmé Volodymyr Zelensky. Ce gazoduc doit livrer du gaz russe à l'Allemagne en contournant l'Ukraine mais n'a pas encore reçu le feu vert de Berlin pour fonctionner.

M. Zelensky a aussi qualifié de "grosse erreur" la décision de certains pays occidentaux, dont les Etats-Unis et le Canada, de déménager leur ambassade de Kiev vers l'ouest de l'Ukraine. " L'Ukraine est unie et s'il se passe quelque chose, ce sera partout", a déclaré M. Zelensky.

Le personnel diplomatique quitte Kiev

Plusieurs pays ont fait partir leurs diplomates et exhorté leurs citoyens à quitter l'Ukraine. Les États-Unis ont ordonné le départ de la plupart de leur personnel diplomatique de Kiev, tandis qu'ils maintiendront une présence consulaire dans la ville occidentale de Lviv. Le Canada ferme temporairement son ambassade à Kiev, déplaçant également les opérations diplomatiques à Lviv, tout comme l'Australie. L'Allemagne a déplacé son consulat de Dnipro, dans l'est de l'Ukraine, à Lviv.

M. Scholz a assuré que l'Allemagne allait poursuivre "avec détermination" son aide économique et son soutien à l'Ukraine. "Aucun pays au monde n'a soutenu financièrement l'Ukraine aussi fortement que l'Allemagne au cours des huit dernières années", a souligné le dirigeant.

Fin des manoeuvres militaires en Russie et Biélorussie

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a annoncé lundi qu’une partie des manœuvres militaires massives en Russie et en Biélorussie arrivaient à leur fin, à l’heure où les Occidentaux craignent une invasion imminente de l’Ukraine par Moscou.

"Des exercices ont lieu, une partie est terminée, une autre partie est en train de se terminer. D’autres se font encore, étant donné la taille de ces exercices qui ont été planifiés et ont débuté en décembre", a-t-il affirmé lors d’une réunion avec le président russe Vladimir Poutine retransmise à la télévision.

La Russie a estimé possible lundi une solution diplomatique à la crise russo-occidentale autour de l’Ukraine. "Je dois dire qu’il y a toujours une chance", a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, répondant à une question du président Vladimir Poutine, selon des images diffusées à la télévision.

"Nos possibilités (de dialogue) sont loin d’être épuisées", a dit le ministre, proposant même de les "prolonger" et de les "élargir", des remarques bien moins offensives que celles qui ont émané de Moscou ces dernières semaines.

"Bien", a laconiquement répondu M. Poutine.

Le ministre ukrainien de la Défense a pour sa part salué lundi un entretien téléphonique "positif" avec son homologue biélorusse sur fond de craintes d’une invasion russe en Ukraine, notamment via la Biélorussie, allié de Moscou.

"Je le perçois comme un signal positif et un premier pas vers une coopération fructueuse", s’est félicité le ministre ukrainien Oleksiï Reznikov au sujet de cet entretien, alors que la Biélorussie mène actuellement des exercices militaires conjoints avec la Russie non loin de la frontière ukrainienne.

La Biélorussie ira en guerre si la Russie est attaquée

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La crise ukrainienne et ses implications économiques : entretien avec l’économiste Étienne de Callataÿ

Economie

Ukraine: Berlin exhorte la Russie à "retirer ses troupes"

Monde

Articles recommandés pour vous