RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Ukraine : le Kremlin confirme le début d'un retrait militaire planifié

15 févr. 2022 à 08:48 - mise à jour 15 févr. 2022 à 10:18Temps de lecture2 min
Par Belga

Le Kremlin a confirmé mardi le début d'un retrait des forces russes stationnées près des frontières de l'Ukraine, évoquant un "processus normal" et dénonçant "l'hystérie" occidentale sur une supposée invasion imminente de ce pays par Moscou.

"Nous avons toujours dit qu'après l'achèvement des exercices, (...) les troupes retourneront dans leurs garnisons d'origine. C'est ce qui se passe là, c'est le processus habituel", a déclaré aux journalistes le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Les unités des districts militairesqui ont achevé leurs tâches commenceront à retourner vers leurs garnisons aujourd'hui

Des forces russes déployées depuis des semaines près de la frontière ukrainienne ont commencé à retourner dans leurs garnisons, annonçait ce matin le ministère de la Défense, alors que les Occidentaux craignaient une opération militaire imminente.

"Les unités des districts militaires du Sud et de l'Ouest qui ont achevé leurs tâches, ont déjà commencé à procéder au chargement sur les moyens de transports ferroviaires et routiers et commenceront à retourner vers leurs garnisons aujourd'hui", a annoncé le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov, cité par les agences de presse russes.  

Premier signe de recul

Cette annonce est le premier signe d'un recul de Moscou dans la crise avec les Occidentaux qui dure depuis fin 2021.  

La Russie avait massé depuis décembre plus de 100.000 soldats aux frontières de l'Ukraine, faisant craindre à Kiev une invasion imminente de ce pays.  

Moscou a toujours démenti toute velléité guerrière mais réclamait des garanties pour sa sécurité, telles que la promesse que l'Ukraine n'intègrera jamais l'Otan, ce que les Occidentaux ont refusé de faire.  

Ce retrait intervient également avant des pourparlers prévus mardi entre le président russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Olaf Scholz, qui sera reçu au Kremlin après une visite de son homologue français Emmanuel Macron la semaine dernière.  

Les Occidentaux avaient menacé Moscou de sanctions sans précédent en cas d'attaque de l'Ukraine et les Etats-Unis et plusieurs autres pays ont déployé de nouvelles forces en Europe orientale.  

La Russie mène encore des manœuvres conjointes au Bélarus qui doivent se dérouler jusqu'au 20 février.

L'actu Déclic du 14/02/2022: La crise ukrainienne

L'actu

Crise ukrainienne : peut-on encore éviter un conflit armé ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Retrait militaire russe : les Occidentaux attendent des preuves, l'OTAN constate un renforcement de la présence russe

Monde

Pourparlers sur l'Ukraine : les ministres des Affaires étrangères du G7 se verront samedi

Monde

Articles recommandés pour vous