Chronique Économique

Ukraine : les sanctions économiques, l'arme des désarmés ?

Par Amid Faljaoui via

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21

L'Ukraine fait la UNE des médias et des conversations, mais il suffit de lire les titres des journaux pour comprendre que c'est beaucoup de gesticulation en Occident.

Un exemple parfait est le titre du Figaro de ce matin : Ukraine : "Macron dénonce la duplicité de Poutine, mais veut maintenir le dialogue". Avec un titre pareil, je suis sûr que Poutine tremble. Autre une du quotidien économique L'Echo: "Au moins 137 morts, l'Ukraine laissée seule face à la Russie dénonce Zelensky". Comme c'est surprenant ce constat désabusé du président Ukranien. Bien entendu, l'Occident a promis de renforcer les sanctions économiques contre la Russie, mais Poutine n'en a cure. Les Américains crient beaucoup. Mais en affirmant qu'ils n'enverraient pas de troupes en Ukraine en cas d'invasion russe, pas même pour évacuer les ressortissants américains, le président Biden a indirectement autorisé Vladimir Poutine à envahir l'Ukraine. Quant à l'Europe, elle a une arme atomique à sa disposition, mais elle n'ose pas l'utiliser : c'est celle de Swift. On en parle depuis des semaines, mais les Européens ont peur de l'utiliser.

Swift est un nom de société qui ne dit pas grand-chose au public. C'est une société technologique basée en Belgique qui permet les transferts de paiement internationaux. Toutes les banques mondiales y ont accès et nous-mêmes - simples particuliers - nous l'utilisons quotidiennement sans le savoir. Si vous avez effectué un ordre de paiement à votre banque pour réserver une villa en Espagne pour vos prochaines vacances, vous avez utilisé Swift sans le savoir.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous