Monde Europe

Ukraine : Londres sanctionne trois oligarques et cinq banques russes

Boris Johnson

© Belga

22 févr. 2022 à 13:16Temps de lecture1 min
Par AFP

Le Royaume-Uni a annoncé ce mardi 22 février des sanctions visant trois oligarques réputés proches du Kremlin et cinq banques russes en réaction à la reconnaissance par Moscou de régions séparatistes de l'est de l'Ukraine.

"Aujourd'hui, le Royaume-Uni sanctionne les cinq banques russes suivantes: Rossiya, IS Bank, General Bank, Promsviazbank et la Banque de la mer Noire, et nous sanctions trois individus disposant d'une très importante fortune", a déclaré le chef du gouvernement au Parlement. "Il s'agit de la première tranche, du premier barrage de ce que nous sommes prêts à faire."

"Tous les actifs qu'ils détiennent au Royaume-Uni seront gelés et les individus concernés se verront interdire tout voyage ici", a précisé Boris Johnson. Il a indiqué que les milliardaires visés étaient Guennadi Timtchenko, Boris Rotenberg et son neveu Igor Rotenberg. Il a avertit avoir d'autres sanctions prêtes à être introduites avec les Etats-Unis et l'Union européenne si l'escalade se poursuit.

Boris Johnson a dénoncé la décision de Vladimir Poutine de reconnaître l'indépendance de régions prorusses en Ukraine comme "une nouvelle invasion" servant de "prétexte à une offensive d'envergure". "En niant la légitimité de l'Ukraine en tant qu'État et en présentant son existence même comme une menace à la Russie, Poutine établit un prétexte pour une offensive d'envergure", a-t-il déclaré.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dit s'attendre à une longue crise en Ukraine. "Je ne peux pas dire ce qui va se passer dans les prochains jours, mais nous devons nous attendre à une longue crise", a-t-il ainsi affirmé devant le Parlement après avoir annoncé des sanctions contres des banques et oligarques russes.

Sur je même sujet...

JT du 22/2/22

Sur le même sujet

Piotr Tolstoï, vice-président de la Douma : "On s’en fout de ces sanctions"

Monde

Conflit en Ukraine : une invasion totale de l'Ukraine par la Russie "hautement probable", selon Londres

Monde

Articles recommandés pour vous