Monde

Ukraine : Sophie Wilmès condamne le geste de Poutine, Ludivine Dedonder annule une visite à Strasbourg

© © Tous droits réservés

21 févr. 2022 à 21:52 - mise à jour 22 févr. 2022 à 00:31Temps de lecture1 min
Par Belga

La ministre belge des Affaires étrangères a rejoint lundi soir les condamnations exprimées par la présidente de la Commission européenne et le président du Conseil européen au sujet de la décision annoncée par Vladimir Poutine de reconnaitre officiellement les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, territoires séparatistes de l'est de l'Ukaine.

Cette reconnaissance par Moscou "est une violation du droit international et des accords de Minsk et met à mal les initiatives diplomatiques engagées", souligne ainsi la libérale. 

Sophie Wilmès participait durant la journée à une réunion des ministres des Affaires étrangères des 27, où la menace russe sur l'Ukraine était au centre des discussions.

A l'issue de cette réunion, le Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité avait estimé que l'on se trouve à un "tournant critique" dans les tensions entourant l'Ukraine. Les responsables européens ont souligné à plusieurs reprises lundi le "front uni" qu'entend opposer l'UE aux actions russes envers l'Ukraine. Un message qu'appuie également la ministre Sophie Wilmès: "comme c'est le cas depuis le début, nous devons adopter un front uni", souligne-t-elle lundi soir.

La ministre de la Défense restera en Belgique

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) a annulé une visite au corps de réaction rapide européen, ou Eurocorps, à Strasbourg en France prévue mardi, a confirmé son porte-parole lundi soir. La ministre souhaite rester en Belgique pour suivre la situation en Ukraine.

Depuis le début de l'année, la Belgique assume la direction d'un détachement d'Eurocorps qui mène une mission d'entrainement en République centrafricaine.

L'Eurocorps a comme mission de diriger et coordonner des opérations multinationales de grande ampleur. Il peut commander jusqu'à 60.000 militaires issus d'unités terrestres provenant des cinq "nations-cadre" (Allemagne, France, Belgique, Espagne et Luxembourg). Son QG est installé à Strasbourg (nord-est de la France), ville-symbole de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne, et compte quelque 600 personnes.

Sur le même sujet

Conseil national de sécurité : la Belgique n'enverra pas de matériel d'armement en Ukraine

Politique

Ukraine : Kiev appelle au soutien, les réactions pleuvent

Monde

Articles recommandés pour vous