RTBFPasser au contenu
Rechercher

Hainaut Matin

Un 3ème réveillon de Noël à Tournai

C'est une tradition à Tournai : le lundi qui suit l'épiphanie, les Tournaisiens réveillonnent lors du traditionnel lundi perdu. Et malgré la pandémie, les plus assidus ne manqueront pas le rendez-vous singulier.

Alors que beaucoup se remettent au travail, à Tournai, on tient la forme et on fait encore la fête en semaine ! La tradition est unique en Belgique.

Pierre le président de la grande Procession de Tournai, fêtera le lundi parjuré chez des amis en petit comité. Le Tournaisien, grand fan de folklore et de traditions, ne se voit pas faire l’impasse, quelle que soit la situation. En solo et de préférence, entre amis, il honorera dignement le troisième réveillon de l’une des trois plus grandes entités de Belgique.

Jadis, les étrennes étaient distribuées le premier lundi qui suivait le 6 janvier. Le boucher distribuait de la saucisse à ses bons clients et les ouvriers empochaient leur dringuelle. Chacun y allait de son sourire et de ses meilleurs remerciements. Ce lundi sans contrainte ni travail fut rebaptisé lundi " perdu " appelé aussi lundi parjuré.

Les premières traces de cette tradition historique remonteraient au 13ème S mais il est plus que probable que la coutume était déjà suivie bien avant.

 

Le menu fait lui aussi partie du rituel : l’apéritif durant lequel les billets des rois seront tirés, une procédure qui déterminera le rôle de chacun des convives pendant le repas. C’est l’ainé de l’assemblée qui tirera le premier billet.

Le roi mènera les festivités. A chaque fois qu’il lèvera son verre, les autres convives lèveront le leur en disant " le roi boit ", sous peine d’être pénalisés par marque de bouchon brulé sur la joue ! Le verseur doit veiller à remplir les verres ! Tout moment de distraction provoquera le mécontentement de l’assemblée et du roi !

Une fois les invités installés, le repas peut commencer par de la petite saucisse, servie avec de la compote ou du chou cuit. Vient ensuite le lapin cuit à l’eau et aux pruneaux, le mutiau, apparenté à de la tête pressée, et la salade tournaisienne avant de terminer, on le devinera, par la galette des rois ! En cours de repas, les chants en patois tournaisien pleureront le malheureux lapin après avoir conté son histoire !

 

 

La recette du lapin

Par respect pour la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau (jamais à la bière ni au vin). N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvres à l'origine

Un lapin - des oignons - du sel et du poivre - un filet de vinaigre - un peu de cassonade (facultatif) - du thym - du laurier - du beurre - des prunes sèches et des raisins secs

Faire roussir dans une casserole (en fonte de préférence)  les morceaux de lapin et les oignons. Ajouter l'assaisonnement et l'eau.
Laisser mijoter, doucement ; le lapin est cuit quand la viande se détache des os (mais le lapin ne doit pas se démêler). Ajouter les pruneaux et les raisins que l'on fait gonfler préalablement dans l'eau bouillante. Servir avec des pommes de terre vapeur (jamais avec de frites ou croquettes). On l’accompagne généralement de vin.

 

La recette de la salade tournaisienne

Salade de blé (mâche) - oignons cuits au four avec la pelure mais épluchés par la suite - pommes - chicons - choux rouge au vinaigre - haricots - assaisonnement.

On peut aussi ajouter : pissenlit - céleri-rave - betterave rouge - barbe de capucin. Mais pas de noix, de lardons, de dés de fromage.

A déguster avec du mutiau (spécialité tournaisienne de tête pressée finement hachée et garnie d'ail et de persil) ou du jambon.

 

Infos : www.tournai.be

 

Pour en savoir plus sur les coutumes et l’histoire de Tournai : le Musée de la Vie Tournaisienne et du Folklore, Réduit des Sions, 32-36, près de la Grand-Place. 069/ 22 40 69

Sur le même sujet

La Louvière : serez-vous l’un des 25 élèves de cette nouvelle école de musique ?

Hainaut Matin

Faut-il vraiment ramasser les feuilles tombées sur l’herbe ?

Hainaut Matin

Articles recommandés pour vous