RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Un an après la mort d’Ibrahima dans un commissariat de Saint-Josse, famille et amis se rassemblent pour exiger la vérité

Aicha, la soeur d'Ibrahima.
29 janv. 2022 à 13:20 - mise à jour 29 janv. 2022 à 14:50Temps de lecture2 min
Par K. F.

Un an et 16 jours après la mort d’Ibrahima B., famille et amis du jeune homme de 23 ans décédé dans un commissariat de la zone Bruxelles Nord à Saint-Josse ont décidé de se rassembler, ce samedi, à 14 h, boulevard Simon Bolivar. Une centaine de personnes présentes pour se souvenir d’Ibrahima mais surtout de faire pression sur les autorités judiciaires afin que les circonstances exactes de la mort soient connues.

Les proches dénoncent notamment la passivité des fonctionnaires de police dans le commissariat le 9 janvier 2021. Au départ, Ibrahima est interpellé pour avoir filmé une intervention policière sur la voie publique visant des migrants à deux pas de la Gare du Nord. Les forces de l’ordre souhaitent alors contrôler Ibrahima, qui panique et prend la fuite. Il est rattrapé puis emmené au commissariat, où il fait un malaise.

Mur opaque

Durant de longues minutes, selon l’avocat de la famille Alexis Deswaef, il reste inconscient, au sol, menotté dans le dos, le masque sur le visage. Aucun policier présent dans la pièce n’intervient. Lorsque c’est le cas, il est trop tard. Le rapport d’autopsie parle d’une anomalie cardiaque.

La famille ne croit pas à cette version et souhaite connaître la vérité : pourquoi les policiers n’ont pas porté "assistance à personne en danger"? "Alors que nous luttons pour connaître la vérité sur les circonstances de la mort de notre fils, de notre frère, de notre cousin, de notre ami, s’érige devant nous un mur opaque", explique un communiqué de la famille.

Ibrahima / Manif pour comprendre les circonstances du décès

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Alors qu’Ibrahima mourrait sous leurs yeux, des agents assermentés ont fait le choix de falsifier la vérité quant à sa mort. Ils ont ainsi justifié l’interpellation d’Ibrahima pour non-respect du couvre-feu qui débutait à l’époque à 22h, alors que l’heure annoncée du décès d’Ibrahima était à 20h22. Ils ont ensuite menti en disant qu’Ibrahima était sous influence de drogues et que cela aurait causé sa mort. Ici encore, le mensonge et le mépris à l’égard d’Ibrahima et ses proches est flagrant car l’autopsie a, là aussi, infirmé cette fausse théorie. Ils ont failli une première fois à leur devoir en procédant à l’arrestation d’Ibrahima sans raison valable, une deuxième fois en ne lui apportant pas l’aide nécessaire alors qu’il mourrait devant leurs yeux, une troisième fois en mentant sur les raisons de l’arrestation d’Ibrahima."

Qu’ont fait les responsables de la mort d’Ibrahima ?

Les proches d’Ibrahima dénoncent ce qu’il qualifie d’autre "mépris" des policiers de la zone Nord. "Le soir de la mort d’Ibrahima, le temps s’allonge entre le moment du décès et le moment où ils préviennent sa famille sans leur dire où se trouve son corps. Dans le choc, la tristesse et la douleur, sa famille doit chercher elle-même où se trouve le corps de leur fils."

"Ces mensonges ont pour but d’activer ce réflexe déshumanisant de se questionner sur ce qu’Ibrahima aurait bien pu faire pour mériter ce sort, à essayer de chercher la faute dans le comportement de la victime mais la réelle question à laquelle nous exigeons une réponse est celle-ci : qu’ont fait les responsables de la mort d’Ibrahima ?"

La famille demande à ce que "l’État et ses agents de police garants de la protection des citoyens prennent leurs responsabilités dans le décès d’Ibrahima. Pour qu’enfin la famille puisse pleurer son enfant sans que plane sur elle l’ombre du mensonge, de l’injustice et du mépris et qu’Ibrahima soit réhabilité dans sa dignité."

Contacté, le parquet de Bruxelles confirme que l’instruction ouverte suite au décès "est toujours en cours et quelques devoirs d’enquête doivent encore être effectués". Une reconstitution des faits est, selon nos informations, une piste envisagée.

Manifestation pour Ibrahima : Le bilan des débordements

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous