Euro féminin

Un an après l’Euro masculin, l’Angleterre rêve à nouveau… " It’s coming home " pour de bon ?

L’Angleterre fait une énorme impression en ce début d’Euro féminin.

© AFP or licensors

16 juil. 2022 à 06:26Temps de lecture2 min
Par Pascal Scimè (envoyé spécial en Angleterre)

Pourtant privée de son coach Sarina Wiegman positive au Covid-19 et remplacée par son assistant Arjan Veurink, l’Angleterre n’a pas été déstabilisée outre mesure. Elle s’est même baladée face à l’Irlande du Nord. Score final 5-0 sans forcer et en galvaudant plusieurs belles possibilités face à une équipe courageuse mais techniquement très faible. Dans un St Mary’s Stadium de Southampton bouillant où 30.000 supporters enthousiastes s’étaient réunis, les "Lionesses" ont été moins brillantes que face à la Norvège (éliminée après sa défaite contre l’Autriche 1-0, ndlr) mais ont fait le boulot marquant au passage 5 nouveaux buts. Beth Mead qui en a inscrit un, augmente son avance au classement des buteuses et se porte à 5 réalisations. Au total, les "girls de sa majesté" portent leur total à 14 réalisations en 3 matches pour aucun but encaissé. Des stats qui alliées à la manière font rêver les fans.

Les Anglaises restent sur une impressionnante série de 17 matches sans défaite depuis l’arrivée de leur coach néerlandaise. 15 victoires, 2 nuls, 98 buts inscrits et 3 encaissés.

Difficile de faire mieux. De quoi faire monter d’un cran la ferveur de fans anglais trop longtemps sevrés de succès et qui ont encore en travers de la gorge la finale de l’Euro 2020 perdu par l’équipe masculine. Comme à Brighton lundi dernier, le stade a entonné à plusieurs reprises le fameux hymne "It’s coming home", littéralement "Il (le trophée) rentre à la maison !".

"J’adore ce morceau parce qu’il nous représente. Je pense vraiment qu’elles (les Anglaises) vont gagner le championnat d’Europe car elles jouent bien et en plus tout le monde les aime", s’extasie une horde de teenagers croisés à la sortie du stade.

En conférence de presse, le coach nord-irlandais Kenny Shiels a souligné la puissance du tifo anglais, "notre plan de jeu défensif était bon mais il est très difficile de jouer contre un tel adversaire… Si vous ajoutez la ferveur d’un stade où 30.000 personnes n’ont pas arrêté de chanter de cette façon-là, c’était vraiment compliqué". Difficile de le contredire.

Preuve de l'engouement... en 3 matches, plus de 125.000 spectateurs ont encouragé l'équipe anglaise. 

Ce qui entraîne une question légitime : Qui arrêtera l’Angleterre ? La question mérite d’être posée. En tout cas, les Lionnes ont déjà réussi le plus important, fédérer autour d’elle et faire venir dans les stades une nouvelle et très jeune génération de fans qui n’a envie que d’une chose, continuer à faire la fête, chanter et "last but not least" célébrer le titre européen tant convoité.

 

Un an après l’Euro masculin, l’Angleterre rêve à nouveau… " It’s coming home " pour de bon ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Score de forfait et une nouvelle démonstration de l'Angleterre.
De nombreuses familles présentes au stade pour encourager les "Lionesses".

Articles recommandés pour vous