Regions Bruxelles

Un arsenal de guerre et de la drogue dans une habitation à Etterbeek

La zone de police Bruxelles-Ouest a fait appel à la brigade canine.

© © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

23 déc. 2020 à 10:29 - mise à jour 23 déc. 2020 à 10:29Temps de lecture1 min
Par Belga

La zone de police Bruxelles-Ouest a découvert, vendredi, dans le cadre d'une enquête pour trafic de drogue, de nombreuses armes, des munitions et des stupéfiants, à Etterbeek, au domicile du principal suspect de son enquête, a-t-elle déclaré mercredi.

"Seule une petite quantité de stupéfiants et un peu d'argent liquide ont été découverts lors de la perquisition du domicile. Néanmoins, les enquêteurs étaient persuadés qu'il devait exister bien plus de 'matériel'. Appel a alors été fait à notre brigade canine", a déclaré la zone de police Bruxelles-Ouest dans un communiqué mercredi.    

"Après un travail acharné des chiens policiers, un faux mur a été découvert dans la cave", a-t-elle poursuivi. "Les inspecteurs ont eu de la peine à en croire leurs yeux une fois le mur abattu. Des armes à feu, des munitions de guerre et autres calibres, des stupéfiants, de l'argent, des objets de valeur et des documents ont été découverts. La saisie totale de stupéfiants consistait en 16,6 kilos de haschisch, 2,5 kilos de cocaïne, 1 kilo de cannabis et 283 pilules d'ecstasy. Pour ce qui concerne les armes, l'arsenal contenait six armes à feu, sept chargeurs pour armes de guerre, des chargeurs normaux, un silencieux et 1.265 cartouches pour différents types d'armes", a détaillé la police.  

Le principal suspect, interpellé, avait en sa possession une somme de 146.525 euros en liquide, une machine à compter les billets, des montres de luxe de marque Rolex, des bijoux, six voitures de luxe, notamment Porsche, Audi et Abarth, et un cyclomoteur. "Tous ces biens et objets ont été saisis", a précisé la zone de police.  

Le principal suspect a été arrêté et quatre autres personnes concernées ont été privées de leur liberté également. Après audition, le premier a été placé sous mandat d'arrêt tandis que les quatre autres personnes ont été libérées dans l'attente de leur procès.

Articles recommandés pour vous