Belgique

Un call center belge soupçonné de fraude pendant la crise Covid a été perquisitionné

© Getty

28 sept. 2022 à 04:38Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Xavier Lambert

La police a perquisitionné un centre d'appels soupçonné d'avoir fraudé les autorités flamandes pendant la crise du coronavirus. La société aurait facturé les prestations de collaborateurs pour la recherche des contacts (contact tracing), alors qu'ils accomplissaient d'autres tâches. La fraude atteindrait plus d'un million d'euros, écrit mercredi Het Laatste Nieuws.

Mardi, les enquêteurs ont perquisitionné le siège belge de Mifratel à Gand. Il s'agit d'une filiale de la société néerlandaise Yource, l'un des centres d'appels mandatés par le ministre du Bien-Être de l'époque, Wouter Beke (CD&V), pour organiser le contact tracing.

Des appels, oui..., mais vers d'autres clients

En novembre de l'année dernière, Het Laatste Nieuws avait rapporté que Yource aurait utilisé plusieurs collaborateurs pour d'autres missions. Alors qu'ils étaient censés appeler les malades du coronavirus et leurs contacts, ils auraient passé des appels pour d'autres clients. Officiellement, ces heures de travail étaient facturées au gouvernement flamand.

En mars, le gouvernement flamand a commandé un audit sur les factures et les prestations des call centers qui ont participé au contact tracing. Les auditeurs ont découvert 25 millions d'euros de factures anormales pour l'ensemble des centres d'appels. Une explication avec pièces justificatives a été obtenue pour l'équivalent de 10 millions d'euros, mais aucune preuve de prestation effective n'a été fournie pour les 15 millions restants.

 

 

Sur le même sujet

Coronavirus en Belgique ce 30 septembre : admissions et taux de reproduction en hausse importante, une vague qui se dessine ?

Coronavirus

La campagne automnale de vaccination contre le Covid débutera lundi aussi en Flandre

Coronavirus

Articles recommandés pour vous