Regions Bruxelles

Un camp de réfugiés hors normes dans le quartier nord à Schaerbeek

48-50 rue des Palais, l’immeuble était anciennement occupé par l’administration fiscale.

© 48-50 rue des Palais, l’immeuble était anciennement occupé par l’administration fiscale. GOOGLE STREET VIEW

25 nov. 2022 à 13:45Temps de lecture2 min
Par Karim Fadoul

700 personnes occupent actuellement un bâtiment de la rue des Palais, à Schaerbeek. 700 demandeurs d’asile pour la plupart. Une occupation, qui n’est pas sans rappeler celle du parc Maximilien, en 2015, au plus fort de la crise migratoire.

 

Au 48 rue des Palais, anciennement des bureaux de l’administration fiscale, le nombre d’occupants ne cesse de croître depuis octobre et les 150 à 200 premiers arrivants. Les 700 occupants actuels sont principalement des demandeurs d’asile burundais et afghans. Des hommes surtout, et des mineurs non accompagnés. Les conditions d’hébergement sont très difficiles, pas de chauffage, pas d’eau potable, peu ou pas de sanitaires, " Pas des conditions normales pour qui cherche asile ", explique Ernest, qui est burundais.

" Une situation qui dépasse une commune… "

Tous ou presque ont introduit un dossier de demande d’asile. L’Etat fédéral et Fedasil devraient donc leur fournir un hébergement. Ce n’est pourtant pas le cas, comme le déplore Cécile Jodoigne, la bourgmestre de Schaerbeek

" Il s’agit là d’une situation de crise qui dépasse une commune et même une région, pour laquelle Il faudra mobiliser de très nombreux acteurs. C’est pourquoi j’exige que cette action soit coordonnée au niveau fédéral afin de trouver rapidement une solution opérationnelle… Il faut qu’enfin des mesures structurelles soient prises pour que de telles situations inadmissibles et inhumaines ne se reproduisent plus." ajoute la bourgmestre.

Autogestion et aides des associations

En attendant, sur place, c’est l’autogestion, avec l’aide de l’associatif qui fournit des repas.

Lorenzo, avec d’autres citoyens, vient en aide aux occupants en leur apportant un support logistique et légal pour faciliter les contacts avec les autorités, et les aider " à faire passer le message qu’ils souhaitent faire passer en étant ici depuis le 21 octobre " explique le bénévole.

Avis d’expulsion

L’occupation a débuté le 21 octobre, le 17 novembre un avis d’expulsion était prononcé, le bâtiment géré temporairement par la Région devait au départ servir à accueillir des bénéficiaires ukrainiens de la protection temporaire. Aujourd’hui, l’occupation du 48 rue des Palais est devenue massive et incontrôlée. La justice donne encore deux semaines aux occupants pour quitter les lieux.

La question est de savoir à présent si ce jugement sera exécuté.

Pour Cécile Jodogne, en tout cas, pas question pour la police communale de mettre 700 personnes à la rue, dont certaines atteintes de maladie contagieuse, de les laisser livrées à elles-mêmes, sans solution d’hébergement et d’accompagnement.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous