Regions

Un centre d'accueil de jour pour sans-abris fermé faute de personnel à Schaerbeek

Le Phareyers est actuellement fermé : trois travailleurs dont le coordinateur ont démissionné

© Philippe Carlot

14 juil. 2021 à 08:58Temps de lecture2 min
Par Philippe Carlot

En janvier de cette année, nous vous présentions le Phareyers, un ancien chauffoir devenu centre d'accueil de jour pour personnes sans abri ou mal logées, situé boulevard Reyers à Schaerbeek. Ce lundi, nous apprenions que le lieu était fermé, la majeure partie des travailleurs ayant démissionné ou se trouvant en congé maladie. 

 

Des conditions de travail insatisfaisantes

Le coordinateur, l'assistante sociale et l'un des deux éducateurs ont remis leur démission. Un second éducateur est en congé maladie. Dans sa lettre de démission, envoyée au mois de mai, l'assistante sociale motive ainsi sa décision : " je ne me sens pas entendue, et encore moins respectée dans mon travail, par vous, le CPAS de Schaerbeek, mon employeur."

Parmi les griefs avancés, l'assistante sociale se plaint du refus du Cpas d'accepter un demi-jour de fermeture hebdomadaire supplémentaire pour permettre à l'équipe de prendre le temps de la réflexion, de se former, etc. 

Il est aussi question du non-engagement d'un psychologue pour effectuer des supervisions alors qu'un candidat compétent s'était présenté. Enfin, l'AS pointe aussi les conditions matérielles de travail : "De manière plus terre à terre, nous n'avons toujours pas d'imprimante, alors que nous sommes ouverts depuis 6 mois. Nous avons également passé 3 semaines avec une seule toilette fonctionnelle dans le bâtiment, pour les usagers et l'équipe, car il y avait un désaccord entre le propriétaire et le CPAS au sujet de la responsabilité des frais de réparation. Je rappelle que le centre est fréquenté quotidiennement par environ 70 personnes, dont la plupart n'ont accès à des sanitaires que via des endroits comme le nôtre. ll n'est pas normal, en tant que travailleur, de devoir attendre 14h de l'après-midi pour pouvoir utiliser les toilettes car ces dernières sont occupées par des personnes qui en ont plus besoin que nous."

Des usagers dépités

Nous nous sommes rendu sur place ce lundi pour constater la fermeture du Phareyers. Deux bénéficiaires habitués des lieux se trouvaient devant la grille d'entrée, ignorants de la situation. "A ma grande stupéfaction, je découvre que c'est fermé. Il n'y a aucun mot explicatif, il n'y a rien du tout, alors je suis furieux de cette situation parce que je voudrais faire des rencontres, parler avec des gens, sortir de ma solitude. Je suis SDF, je n'ai pas de maison, je n'ai rien. (...) Je viens tous les jours, tous les jours."

 

 

Réouverture prochaine annoncée

"Le Phareyers rouvrira prochainement", garantit la cheffe de cabinet de la présidente du Cpas de Schaerbeek, Delphine Sdika. "C'est un projet important pour le CPAS. Les recrutements sont en cours et nous allons renforcer l'équipe. Un psychologue est également prévu grâce à un subside supplémentaire. Mais pour renforcer le cadre, nous devons passer par trois instances spécifiques et ça peut prendre du temps.

Nous essayons d'écouter les demandes des travailleurs mais nous sommes tributaires des réalités. C'est comme ça dans chaque travail", poursuit la porte-parole, "si les gens ne sont pas satisfaits, ils changent de boulot. 

La commune de Schaerbeek restera impliquée dans le projet pour les trois prochaines années au moins" (soit la fin de la législature communale). 

Recruter des travailleurs se heurte en outre à des difficultés en ce moment. Les candidats ne se bousculent pas au portillon dans les CPAS, qui ont vu leurs missions augmenter durant la crise sanitaire. Sans fixer une échéance précise, le CPAS promet la réouverture du Phareyers "très prochainement"  et va apposer une affiche à l'entrée pour prévenir les bénéficiaires de la fermeture momentanée de ce lieu quasiment unique en région bruxelloise. 

Bruxelles: un hôtel pour femmes SDF (JT 02/01/2021)

Bruxelles : un hotel pour femmes SDF

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

L'opération Orig-Ami entend fournir de 500 à 1.000 tentes en carton aux sans-abri

Belgique

De plus en plus de familles sans logement à Bruxelles, les structures d’accueil sont saturées

Belgique

Articles recommandés pour vous