Regions Liège

Un centre d’accueil d’urgence de demandeurs d’asile va bien s’implanter à Glons

Le site de Glons va finalement bien accueillir un centre d’accueil d’urgence pour demandeurs d’asile.

© RTBF – Martial Giot

Après une rencontre lundi entre la bourgmestre Valérie Hiance (Les Engagés) et la secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Nicole de Moor, la commune de Bassenge (Liège) a précisé mercredi comment se présentent les prochains jours et semaines sur le site de l’ancien CRC de Glons, choisi par le fédéral pour y installer un centre d’accueil d’urgence (temporaire) de demandeurs d’asile.

Si tous les détails ne sont pas encore connus, le "centre de crise devrait ouvrir la semaine prochaine" avec 50 premières personnes. Il devrait s’agrandir de 300 personnes à la "mi-décembre", avec "6 tentes mobiles de 50 personnes par unité qui seraient placées sur le parking".

La commune avait d’abord réagi à la nouvelle de l’arrivée d’un centre d’urgence en prenant un arrêté de police limitant le nombre de personnes pouvant être accueillies sur le site, où se trouve déjà un centre Fedasil avec 70 personnes hébergées. Le Conseil d’Etat a ensuite suspendu cet arrêté de police. Arguments de la commune : l’ancien site militaire n’est pas (encore) adapté à l’hébergement de centaines de personnes, les bâtiments ne disposant pas de sanitaires (il faut des installations mobiles placées à l’extérieur) ni d’eau potable et ne répondant pas aux exigences de sécurité incendie, entre autres.

La situation s’est entre-temps apaisée. Lundi, une réunion a eu lieu à Bassenge, commune dont fait partie Glons, avec la secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration et la bourgmestre de la commune voisine de Juprelle, Christine Servaes. La commune de Bassenge indique mercredi qu’il y aura à l’avenir une réunion hebdomadaire, le vendredi, avec tous les acteurs concernés. Tout en disant que les "détails opérationnels" n’ont pas été précisés, la bourgmestre de Bassenge informe mercredi que, dans un premier temps, les 70 demandeurs d’asile du centre seront déplacés, "dans les jours à venir", pour permettre certains travaux. Le "centre de crise" serait tout de même actif dès la semaine prochaine, avec 50 personnes. Il y en aurait 300 autres à la mi-décembre, les "intentions ultérieures" n’étant pas connues. Le fédéral visait initialement 675 places d’urgence à Glons.
 

Sur le même sujet...

JT du 20/08/2022

Petit château : aider les demandeurs d asile à se laver

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous