Belgique

Un été compliqué dans les aéroports ? Un spécialiste inquiet face aux annonces et à la situation actuelle du secteur aérien

Dossier de la rédaction

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

13 juin 2022 à 09:27 - mise à jour 13 juin 2022 à 10:42Temps de lecture1 min
Par Miguel Allo sur base du dossier de la rédaction sur la Première

Vos vacances vont-elles débuter par de longues files si vous avez choisi l’avion comme moyen de transport pour partir cet été ? Les prochaines semaines s’annoncent tendues, voire compliquées dans de nombreux aéroports européens. Des grèves sont possibles en Belgique chez Ryanair et Brussels Airlines. Mais aussi, chez Air France, KLM ou encore easyJet et les sociétés de gardiennage ou de bagagistes qui sont, eux aussi touchés par des mouvements sociaux.

Loading...

L’été sera-t-il compliqué dans les aéroports ?

L’été sera-t-il compliqué dans les aéroports ? A cette question Wouter Dewulf, professeur d’économie et affaires du transport aérien à l’Université d’Anvers et directeur académique du C-MAT Belgique (Centre for Maritime and Air transport) a répondu ce matin sur la Première que cela sera, sans doute, compliqué. "Jusqu’il y a une semaine, j’étais confiant que se passerait bien, surtout en Belgique, mais naturellement avec toutes les annonces de grèves, je suis un peu inquiet".

Ce spécialiste rappelle que le monde de l’aviation est un ensemble d’acteurs qui ont tous leur importance. Et quand cela bloque à un endroit cela entraîne inévitablement des retards, voire des annulations.

La raison principale des complications qui s’annoncent, est-elle due aux grèves possibles au niveau des compagnies aériennes et, par exemple, dans les sociétés qui s’occupent des bagages dans les aéroports ? Pour Wouter Dewulf, ceci est un élément en plus. Mais il y a d’abord un manque de personnel. Le professeur d’économie et affaires du transport aérien note que le nombre de passagers a fortement augmenté depuis les vacances de Pâques. Et cela a un peu surpris tout le monde, dit-il. Un retour à des chiffres de fréquentation comme ceux de 2019 n’étaient attendus que pour 2023-2024. Or, il rappelle que malgré des mesures comme le chômage temporaire lors de la crise sanitaire (ce n’est pas le cas dans tous les pays) qui ont permis d’éviter des licenciements, "malgré tout il y a pas mal de monde qui a quitté les entreprises" et cela explique aujourd’hui un manque de personnel.

Retrouvez l’intégralité du dossier de la rédaction dans la vidéo en tête d’article

Sur le même sujet

JT du 11/06/2022

Sur le même sujet

Air Belgium augmente ses tarifs et ajuste son programme de vols pour l'hiver prochain

Economie

Des mouvements de grève possibles chez British Airways à Heathrow cet été

Monde

Articles recommandés pour vous