RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Un garçon de douze ans poignarde un agent de quartier à Peer, sérieusement blessé ses jours ne sont pas en danger

Enfant 12 ans poignarde un policier dans le Limbourg

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 janv. 2022 à 09:12 - mise à jour 28 janv. 2022 à 19:14Temps de lecture2 min
Par Patrick Michalle avec Belga

Un garçon de douze ans a poignardé un agent de quartier jeudi après-midi à Peer (province de Limbourg). L’adolescent, son frère et sa mère ont été interpellés tandis que l’officier blessé a été transporté à l’hôpital de Pelt.

L’agent a été grièvement blessé, de deux coups de couteau dans le dos, après une dispute avec les trois membres de la même famille, qui ont tous été interpellés.

Pour l’instant, on en sait peu sur le contexte dans lequel l’altercation avec le policier a eu lieu et comment le garçon à l’origine des coups portés a pu se trouver en possession d’une arme blanche alors qu’il sortait de l’école.

Le frère déjà connu de la justice

Le frère de 17 ans du garçon de 12 ans fera l’objet d’un accompagnement plus intensif de la justice. Le jeune homme était déjà sous la surveillance d’un juge de la Jeunesse après un vol avec violence dans un magasin. Son frère a été placé dans une institution de protection de la jeunesse semi-ouverte pour trois mois, a fait savoir le parquet limbourgeois vendredi.

"Mon client coopère de manière transparente à l’enquête", a assuré Me Jeroen Vandenberk, qui représente l’adolescent de 17 ans.

La mère des deux mineurs d’âge a également été interpellée. Elle a ensuite été relâchée après avoir été interrogée.

Extrait de notre Jt du 28 janvier (19h30)

Abasourdi

La mère et son fils aîné étaient allés chercher l’adolescent de 12 ans à l’école lorsqu’une rixe a éclaté avec l’agent de quartier. Le jeune garçon a attaqué l’homme au couteau. Ce dernier a été grièvement blessé.

L’avocate du garçon de 12 ans, Me Eylem Turan, a indiqué que son client était abasourdi par ses actes.

"Il est très contrarié. Il s’agit, pour lui, d’une accumulation de circonstances. Il ne comprend pas lui-même comment il s’est retrouvé dans cette situation. Il dit avoir paniqué au moment des faits et avoir utilisé une arme qu’il avait obtenue plus tôt dans la journée. Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il était préférable, pour tout un chacun, de le placer dans une institution de protection de la jeunesse semi-ouverte pour le moment", a-t-elle indiqué.

Il ne comprend pas lui-même comment il s’est retrouvé dans cette situation

L’état mental du jeune garçon sera réévalué d’ici trois mois.

Beaucoup de personnes ont été témoins de l’agression

Interrogé ce matin, Steven Mathei, le bourgmestre de Peer, a indiqué que la nouvelle de l’agression s’est rapidement répandue dans la localité : "cela s’est passé à un moment où il y avait pas mal de passages, beaucoup de personnes ont été témoins de cette agression et cela a naturellement un gros impact sur une petite commune comme Peer " et d’indiquer que la violence contre des policiers est évidemment inacceptable.

Une "tentative de meurtre" pour la Justice, le juge de la jeunesse devra statuer sur les suites

Les faits sont qualifiés par la Justice de "tentative de meurtre" dans le chef de l’auteur âgé de 12 ans et de "rébellion en bande" en ce qui concerne son frère, âgé de 17 ans. Il est trop tôt pour déterminer le sort qui leur sera réservé. En théorie, le jeune garçon peut être placé en IPPJ mais en régime ouvert, le régime fermé n’étant prévu que pour des jeunes qu’à partir de 14 ans.

Agression d’un policier à Peer
Agression d’un policier à Peer © Tous droits réservés

Assistance apportée aux collègues du policier, équipe aussi à l’école pour aborder les faits

L’agent de la zone de police de Kempenland, âgé de 41 ans, n’a pas encore pu être interrogé mais ses jours ne sont pas en danger.

Un policier étant impliqué, c’est la zone voisine, de Lommel, qui mène l’enquête. Les agents de la police technique et scientifique de la police judiciaire fédérale du Limbourg procèdent également à une enquête approfondie. Le collège Agnetenc a décidé de mettre une équipe en place vendredi matin pour entamer une discussion avec les élèves qui auraient besoin d’aborder les faits.

Au niveau de la police également, un débriefing des faits est organisé ce vendredi et une équipe psychologique de la police fédérale est prête à aider les collègues qui veulent discuter, a souligné le maïeur de cette localité située au sud d’Eindhoven.

Sur le même sujet

Le policier poignardé à Peer par un jeune de 12 ans a quitté les soins intensifs

Regions

Articles recommandés pour vous