Regions Bruxelles

Un manifeste appelle à suspendre les constructions sur les espaces naturels à Bruxelles

© RTBF

Une vingtaine de personnes se sont rassemblées lundi matin dans le parc royal de Bruxelles et se sont rendues au cabinet du ministre-président du gouvernement bruxellois Rudi Vervoort (PS) pour déposer un manifeste appelant à instituer un moratoire sur la destruction des espaces naturels dans la région.

Les 27 collectifs de citoyens et associations œuvrant à la protection de la nature, d’ores et déjà signataires, demandent à être reçus dans les prochaines semaines.

Ces deux dernières années, les pétitions Stop Béton – Friche Josaphat, Save Donderberg, Champ des cailles, Let’s save Tenreuken et Sauvons le Meylemeersch ont rassemblé plus de 40.000 signatures.

Le Tuiniersforum des Jardiniers et les collectifs de riverains et de citoyens impliqués se sont unis pour organiser mensuellement des marches depuis février. Elles ont au total regroupé plus de 4000 personnes.

Le manifeste constitue un pas commun plus loin. "Mois de la nature, semaine de l’arbre, journées bruxelloises de l’eau, les opérations de communication 'vertes' se multiplient, pourtant, concrètement, la Région n’infléchit pas ses pratiques de développement territorial, provoquant le recul de la nature à Bruxelles et contribuant également au problème climatique", ont écrit les rédacteurs du texte en question avant d’avancer qu'"entre 2003 et 2016, Bruxelles a perdu 14% de ses espaces verts et la dynamique est loin d’être freinée à ce jour".

"Rudi Vervoort et Pascal Smet (Secrétaire d’État bruxellois de l’Urbanisme – Vooruit) ont dit dans une interview qu’il n’y avait pas de problème de biodiversité à Bruxelles et qu’ils allaient poursuivre le projet de construction sur la friche Josaphat, mais le déni du problème est pour nous dangereux, car cela veut dire qu’on va continuer à faire comme on a toujours fait", estime Bernadette Stallaert, membre de l’association de protection de la nature CCN-Vogelzang-CBN. "On est conscient que le gouvernement bruxellois se doit de résoudre les problèmes de logement et que c’est un drame social, mais il faut réfléchir à la reconversion des bureaux et à la remise sur le marché des immeubles vides".

 

Sur le même sujet

Un ourson se retrouve dans un état second après avoir mangé trop de miel

Vivacité

Chronicles From A Near Future quelles espèces pour demain ?

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous