RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sciences et Techno

Un musée va voir le jour sur la Lune : quelles seront ces 64 œuvres dans l’espace ?

20 janv. 2022 à 18:00Temps de lecture1 min
Par Chloé Rosier

Un minuscule musée de 64 œuvres va être ouvert sur la Lune. On ne sait jamais que de futurs aliens soient intéressés par l’art terrestre.

Selon Le Figaro, une "nano-galerie présentant plus de 64 œuvres, de moins d’un centimètre chacune, va voyager en février à bord de la Station spatiale internationale, avant son ancrage permanent" sur la Lune.

À l’origine du projet : la Fondation Moon Gallery, l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’université de Leyde (aux Pays-Bas). Le terme de "nano" n’est pas utilisé à sa juste valeur scientifique mais il sera effectivement extrêmement petit puisqu’il mesurera huit centimètres de large. Chaque œuvre ne peut pas dépasser un centimètre, le poids et l’espace étant limité pour un voyage spatial (chaque gramme coûte très cher à déplacer).

"La question du poids, comme de la masse, de l’encombrement, est cruciale. Plus l’objet est lourd ou encombrant, plus il est complexe à transporter dans l’espace, et coûteux", explique l’organisation dans les colonnes du Figaro.

EN 2025, ils aimeraient faire passer le "musée" à 10 centimètres et 100 œuvres au total.

Loading...

La fondation explique que le but du projet est de "propager les valeurs dans l’Univers" et de créer "un dialogue culturel de l’humanité au-delà de notre planète d’origine". Dans ce sens, les artistes représentés viendront du monde entier, on y verra des hommages historiques, des commentaires sociétaux, des œuvres engagées et des approches scientifiques.

Exemples d’œuvres qui seront sur la Lune prochainement :

  • Gold Cube : un hommage au physicien et astronome Galilée par l’artiste italien Renzo Pasquale
  • ISS Blue Marble : un hommage à l’artiste français Yves Klein par l’artiste français Benjamin Pothier
  • Soumission : un flacon en verre contenant "l’air le plus pur sur terre", récolté au pôle Sud en Antarctique par l’artiste allemand Daniel Michalik.

Si l’idée est intéressante, les artistes doivent payer eux-mêmes pour pouvoir apparaître sur la Lune. Ils devront débourser entre 500 et 3000 euros pour avoir une œuvre d’un centimètre en permanence sur la Lune (si aucune météorite ne vient s’écraser au mauvais endroit).

Sur le même sujet

Vol Habité de Rotifères : la science et l’art sont-ils complémentaires ?

Exposition - Accueil

ICASUM un groupe namurois à découvrir !

Namur matin

Articles recommandés pour vous