Mobilité

Un peu plus de 6000 enfants ont perdu la vie sur les routes européennes en dix ans

© Getty Images

26 sept. 2022 à 10:21Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Estelle De Houck

Un peu plus de 6000 enfants âgés de 14 ans ou moins ont perdu la vie lors d'accidents sur les routes de l'Union européenne entre 2011 et 2020, selon le dernier rapport de l'European Transport Safety Council (ETSC) publié lundi. Impliquée dans la réduction du nombre de morts et de blessés sur les routes européennes, cette organisation indépendante émet 40 recommandations afin de protéger les enfants sur les routes.

"Perdre un enfant dans un accident de la route est une tragédie qu'aucune famille ne devrait avoir à vivre. Alors que l'absence de décès d'enfants sur les routes la plupart des années devient une réalité dans certaines parties de l'Europe, il reste encore un long chemin à parcourir", déclare Antonio Avenoso, directeur exécutif de l'ETSC.

40 recommandations

Parmi les 40 recommandations aux gouvernements nationaux des états-membres et à l'UE, l'ETSC demande de sécuriser les pistes cyclables et les voies piétonnes vers les écoles. Elle préconise également une vitesse maximale autorisée de 30 km/h aux abords des établissements scolaires. Seuls sept pays ont instauré ce type de mesure, constate-t-elle.

Malgré les avancées majeures de ces dernières années en matière de sécurité automobile, la moitié des décès d'enfants à la suite des accidents de la route sont dus à une utilisation incorrecte des sièges pour enfants. À partir du 1er septembre 2024, seuls les sièges répondant à la nouvelle norme UN 'R129' pourront être vendus sur le marché européen, se réjouit l'ETSC qui souhaite que ceux-ci soient soumis à un taux réduit de TVA.

Alors que l'Union européenne s'apprête à revoir les règles du permis de conduire cette année, l'ETSC appelle également à l'instauration d'une formation obligatoire, théorique et pratique, afin d'obtenir un permis de cyclomoteur. Dans seize pays de l'UE, les enfants de 14 ou 15 ans peuvent utiliser ce moyen de transport et chez les jeunes de 14 ans ou plus, un cinquième des morts sur la route sont des conducteurs de vélomoteur. Partant de ce constat, l'ETSC recommande d'instaurer un âge minimum de 16 ans au niveau européen pour être autorisé à se déplacer en vélo motorisé.

De grandes différences entre pays

Les auteurs de cette étude ont également trouvé de grandes différences entre pays. Le taux de mortalité des enfants sur la route est dix fois plus élevé en Roumanie qu'en Norvège, en Suède ou à Chypre. Ils ont par ailleurs constaté que là où ce taux était faible, il l'était aussi chez les adultes et vice versa. Là où ça n'est pas le cas, c'est en partie dû au fait que dans ces pays, les enfants ont tendance à être conduits à l'école ou à d'autres activités plutôt qu'à être autorisés à se déplacer seuls à pied ou en vélo.

Repenser nos espaces urbains pour éloigner les enfants des véhicules rapides et leur donner de l'espace pour jouer et se déplacer

"Rendre les villes sûres pour les enfants commence par des choses simples comme des vitesses réduites et des rues scolaires. Mais si nous voulons vraiment réduire les centaines de décès d'enfants qui surviennent tragiquement chaque année, nous devons également repenser nos espaces urbains pour éloigner les enfants des véhicules rapides et leur donner de l'espace pour jouer et se déplacer", conclut Antonio Avenoso.

CVQLD du 24/06/2022:

Valérie De Bue veut confronter les pirates de la route aux victimes d’accidents

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Plus d’usagers vulnérables décédés : "On a l’impression que le piéton est le parent pauvre de la sécurité routière"

Mobilité

Voitures électriques : plus de risques d’accidents, mais pourquoi ?

Belgique

Articles recommandés pour vous