Biodiversité

Un pigeon qu’on croyait disparu depuis 1882 pris en vidéo en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Première image de cette espèce qu’on croyait disparue

© Doka Nason/American Bird Conservancy

21 nov. 2022 à 09:01Temps de lecture2 min
Par Chloé Rosier

Un oiseau que l’on croyait éteint depuis 140 ans a été redécouvert dans les forêts de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le "faisan-pigeon à nuque noire", grand pigeon terrestre avec une large queue, a été documenté par des scientifiques pour la première et dernière fois en 1882 sur Fergusson, une île accidentée de l’archipel d’Entrecasteaux au large de l’est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, comme le raconte un communiqué de presse de l’association Re : wild.

C’est donc là-bas qu’une équipe a passé un mois à sa recherche. Entre montagne et terrains dangereux, la communauté locale a pourtant expliqué aux scientifiques qu’ils n’avaient pas vu ce pigeon depuis des décennies. Ajoutez à cela une première enquête infructueuse de deux semaines en 2019... Il fallait être armé de patience et d’espoir. Finalement, après près d’un mois de recherche et à deux jours de la fin, c’est un piège photographique qui a capturé des images de l’oiseau exceptionnellement rare.

Loading...

"Après un mois de recherche, voir ces premières photos du faisan-pigeon, c’était comme trouver une licorne", a déclaré John C. Mittermeier, directeur du programme des oiseaux perdus à l’American Bird Conservancy et co-chef de l’expédition, dans le communiqué. .

"C’est le genre de moment dont vous rêvez toute votre vie en tant qu’écologiste et ornithologue."

Il a fallu travailler avec les communautés locales pour parvenir à prendre quelques images incroyablement rares. "Ce n’est que lorsque nous avons atteint des villages sur le versant ouest du mont Kilkerran que nous avons commencé à rencontrer des chasseurs qui avaient vu et entendu le faisan-pigeon", raconte Jason Gregg, biologiste de la conservation et co-chef de l’équipe d’expédition. "Nous sommes devenus plus confiants quant au nom local de l’oiseau, qui est 'Auwo', et nous avons eu l’impression de nous rapprocher de l’habitat principal où vit le faisan-pigeon à nuque noire."

Cette implication des habitants a permis d’éveiller les consciences sur les espèces en danger et aujourd’hui, "ils ont hâte de travailler avec nous pour essayer de protéger le faisan-pigeon." On ne sait pas combien d’individus il reste dans la nature, le travail va continuer pendant des années pour en apprendre plus et protéger l’espèce.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous