RTBFPasser au contenu

Santé physique

Un premier cas de variole du singe confirmé en Belgique

Contrôle des symptômes pour la détection de la variole du singe en Indonésie en mai 2019
19 mai 2022 à 21:132 min
Par Adeline Louvigny avec agences

Un premier cas de variole du singe ("monkeypox") a été détecté dans notre pays, a déclaré Isabel Brosius, docteure à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, à la VRT.

"Il s’agit d’une personne qui nous a signalé des symptômes à Anvers. Des échantillons ont été prélevés et envoyés à un laboratoire de référence aux Pays-Bas. En fin de journée, nous avons reçu la confirmation définitive qu’il s’agissait du virus de la variole du singe. La personne en question n’est pas très malade", explique la chercheuse.

Un premier cas a également été confirmé en Ile-de-France ce jeudi soir par la Direction générale de la Santé en France.

Plusieurs dizaines de cas suspects ou confirmés de variole du singe ont été détectés depuis début mai en Europe et en Amérique du Nord, laissant craindre un début de propagation de cette maladie. Elle se transmet à l’être humain par contact avec des animaux sauvages, des rongeurs ou des primates. Mais ce sont de potentielles transmissions d’humain à humain, d’ordinaire rares, qui alertent les experts.

Premiers cas européens au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni, qui a le premier signalé des cas, détectés à partir du 6 mai, a porté mercredi soir à neuf le nombre total de personnes infectées. Mercredi, l’Espagne, le Portugal, le Canada et les États-Unis ont, tour à tour, signalé avoir repéré la présence de la variole du singe, ou ce qui semble l’être, sur leur territoire. Les autorités se veulent globalement rassurantes, soulignant ainsi en Espagne et au Portugal que la maladie est peu contagieuse entre humains.

La multiplication des foyers apparents inquiète néanmoins, et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué lundi s’intéresser de près au fait que certains des cas au Royaume-Uni semblent avoir été transmis au sein de la communauté homosexuelle et bisexuelle. Théoriquement, la contagion se fait par les voies respiratoires ou les lésions cutanées d’un sujet infecté, mais il se pourrait qu'elle se fasse aussi par les muqueuses lors de relations sexuelles.

Habituellement peu de cas exportés

Il existe deux souches du virus : celle du Congo, plus grave – avec un taux de mortalité pouvant atteindre 10% – et celle de l’Afrique de l’Ouest, qui présente un taux de létalité d’environ 1%. Les cas détectés en Grande-Bretagne sont issus de la souche de l’Afrique de l’Ouest.

"Historiquement, il y a eu très peu de cas exportés. Cela ne s’est produit que huit fois dans le passé avant cette année", a déclaré Jimmy Whitworth, professeur de santé publique internationale à la London School of Hygiene and Tropical Medicine à Reuters, qui a ajouté que c’était "très inhabituel". Une de ses hypothèses pour expliquer l'augmentation des cas est la reprise des voyages suite à la levée des restrictions covid.

Grâce aux campagnes de vaccination massive, la variole humaine est officiellement éradiquée depuis 1980. Le vaccin protège aussi de la variole du singe, mais a été depuis abandonné, la maladie ayant quasi disparu.

JT du 20/05/2022

Premiers cas de variole du singe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

20 mai 2022 à 20:55
1 min
20 mai 2022 à 14:59
1 min

Articles recommandés pour vous