RTBFPasser au contenu
Rechercher

Nature & Découvertes

Un printemps sans pesticides au jardin, ça vous dit ?

S’ils sont interdits depuis 2019, les pesticides de synthèse ont été utilisés pendant des années pour désherber nos espaces publics wallons et bruxellois, sans que leur impact sur l’environnement et la santé publique ne soient réellement pris en compte.

Aujourd’hui, les herbicides ont laissé la place à des alternatives plus respectueuses de l’environnement, et de nombreux lieux publics ont troqué leur apparence minérale contre des allures plus accueillantes et végétales.

Un printemps sans pesticides

Les pesticides et les particuliers

Ça, c’est pour les lieux publics. Mais, que dit la loi pour les professionnels et les particuliers ?

Depuis le 1er janvier 2020, les particuliers ne peuvent plus utiliser d’herbicides de synthèse pour désherber leur propriété. Cependant, malgré la législation, le recours aux produits phytopharmaceutiques pour remédier aux mauvaises herbes, aux limaces, aux pucerons et autres "nuisibles" reste monnaie courante. L’asbl Adalia (qui œuvre pour des espaces verts sains, conçus et gérés dans le respect de l’environnement et de la nature) rappelle sur son site internet les différentes mesures concernant l’usage des pesticides par le particulier.

Semaine internationale sans pesticides

Il existe aussi un plan d’action national belge de réduction des pesticides, un programme quinquennal qui consiste en une série d’actions visant à réduire l’utilisation des pesticides et à limiter leur impact sur l’environnement et la santé publique. La prochaine version sera publiée en décembre 2022 sur le site Phytoweb.

Et, à côté de la législation et des actions lancées par les Régions, des associations et acteurs locaux organisent tout un tas d’évènements sur la biodiversité et l’utilisation des pesticides.

Loading...

Semaine pour les alternatives aux pesticides

Ce dimanche 20 mars, par exemple, démarrait la semaine internationale pour les alternatives aux pesticides. Une action qui profite des premiers jours du printemps pour informer le grand public sur les conséquences des produits phytosanitaires sur notre santé et celle de la planète.

A cette occasion, des centaines d’activités sont organisées chaque année en Wallonie et à Bruxelles, comme des visites de jardins, des ateliers, des projections de films, des conférences, des portes ouvertes et des balades guidées.

Le Printemps sans Pesticides

Printemps Sans Pesticides, plus de 200 activités

Une autre opération lancée chaque année par l’asbl Adalia : "Le Printemps sans pesticides", un événement qui propose, jusqu’au 20 juin prochain, tout un tas d’événements autour du zéro pesticides et de la biodiversité. Le thème de l’édition 2022 est "la haie", "parce que la haie n’est pas seulement un écran vert pour vous protéger des regards indiscrets", peut-on lire sur le site de l’événement, "elle joue un rôle important dans le maintien de la biodiversité, et ce, d’autant plus si sa composition est diversifiée". Cette campagne de trois mois est coordonnée par l’association organisatrice et soutenue par la Ministre de l’environnement wallon.

Le Printemps sans Pesticides

Au total, plus de 200 actions sont organisées un peu partout en Wallonie et à Bruxelles, pour sensibiliser aux risques liés à l’utilisation des pesticides et leurs impacts sur notre santé et l’environnement, et surtout pour montrer qu’il existe de nombreuses alternatives, tant pour les agriculteurs et les producteurs que pour les particuliers !

Au programme : des marchés de produits du terroir, des conférences et ateliers zéro déchets, des balades nocturnes à la découverte des chauves-souris, des foires de jardin, des balades familiales, des ateliers de produits cosmétiques et ménagers, des activités nature pour enfants, des ateliers cuisine de plantes sauvages, etc.

Pour découvrir les activités proches de chez vous, vous pouvez parcourir la carte interactive sur le site de Printemps Sans Pesticides.

Un jardin sans pesticides ? Voici quelques conseils

L’asbl Adalia nous fait part des grands principes pour entretenir son jardin de façon écologique. "La base, c’est déjà de choisir des plantes adaptées à l’emplacement prévu," nous dit-on. "Une plante non adaptée à son environnement sera plus sensible aux maladies et aux ravageurs. Choisissez de préférence des plantes indigènes ou peu sensibles aux maladies et au froid." Il est également important de bien nourrir et couvrir son sol, de créer un environnement favorable aux insectes, aux mammifères et aux oiseaux, et de privilégier le désherbage manuel. On peut aussi ajouter du compost naturel pour aider nos arbustes ou plantes existantes dans leur reprise… Des conseils parmi tant d’autres que les jardiniers en herbe peuvent récolter directement auprès d’associations telles qu’Adalia ou lors d’événements tels que "Le Printemps sans Pesticides".


À découvrir aussi : un reportage de Télésambre : "Jardiner sans pesticides : une jardinerie de Charleroi s’y engage !"


Sur le même sujet

Les grainothèques, le bon plan pour les amoureux de jardinage et de biodiversité

Initiatives locales

"No Mow May" : pourquoi de nombreux Britanniques laissent la tondeuse au placard pendant le mois de mai

Ecologie

Articles recommandés pour vous