Le Belge et la récup

Un problème avec votre vélo : pourquoi ne pas apprendre à le réparer ?

© © Tous droits réservés

Le Belge roule de plus en plus à vélo. Si la tendance est surtout marquée à Bruxelles, elle se constate également en Wallonie. Mais indubitablement, l’augmentation de son utilisation demande des réparations supplémentaires. Mais finalement, est-ce que ce n’est pas plus simple d’apprendre à le réparer soi-même ?

C’est un atelier un peu particulier qui se prend place chaque semaine dans l’entité de Pecq. Tous les mercredis, Philippe donne de son temps libre pour apprendre aux gens à rafistoler et entretenir leur vélo. Et pas besoin d’être un grand bricoleur pour mettre la main au guidon !

" C’est un atelier pédagogique pour des petites réparations ", déclare Mary Fievet, coordinatrice du plan cohésion sociale, à Notélé. " Dans le cas d’une plus grosse réparation, notre réparateur Philippe regarde le problème et explique à la personne ce qu’il doit faire. Et si jamais, ce n’est vraiment pas possible, on le dirige vers un " professionnel ". "

En Wallonie picarde, cet atelier n’est pas un cas de figure unique. À Tournai, l’atelier Biciklo fonctionne selon le principe de l’auto-réparation et valorise la récupération. Ici, le but n’est pas de déposer son vélo puis de le récupérer une fois réparé… Il s’agit bien évidemment de participer. " L’idée, c’est de se salir un peu les mains ", prévient l’un des réparateurs. " Mais en même temps, on espère apprendre un peu aux gens la mécanique d’un vélo et comment l’entretenir. On voit souvent des lacunes à ce niveau-là. "

>> À suivre : " Avant tout, nettoyez bien votre vélo ", explique Guy à Notélé. " Mais ce n’est pas facile de faire comprendre ça aux gens. "

Chez Biciklo, le ré-emploi et la lutte contre le gaspillage font partie de l’ADN de l’atelier. Si le vélo n’est pas réparable, tout n’est pas à jeter pour autant. " Si le vélo est en état et qu’il peut être remis sur le circuit sans trop de frais, on le répare et dans certains cas, il peut être revendu à moindres frais ", continue le réparateur. " Dans le cas contraire, on démonte le vélo et on se sert des pièces qui peuvent encore être utilisées pour réparer d’autres vélos. "

Biciklo, l’atelier d’auto-réparation de vélos de Masure 14

Un apprentissage en toute convivialité

À Bruxelles, l’usage du vélo ne cesse d’augmenter depuis des années, et d’autant plus depuis le confinement. Après une hausse de 64% du nombre de cyclistes dans la capitale au cours de l’année 2020, ce chiffre a encore augmenté de 20% en 2021. Face à cette augmentation, cinq jeunes trentenaires ont lancé un projet étonnant à Madou : Tandem où vous pouvez à la fois boire un café, découvrir des préparations faites maison avec des produits locaux et… réparer votre vélo !

Un lieu atypique qui plaira tant aux gourmands qu’aux cyclistes. Tandem, c’est un café, un atelier de réparation et une boutique sur l’univers du vélo ! ", nous résumait Céline, fondatrice du projet, après le lancement du local à Madou en juin 2020. Les cyclistes peuvent soit faire de l’autoréparation, soit apprendre à réparer leur vélo, ou simplement attendre en prenant un café et un morceau de gâteau ! Les ateliers vélo traditionnels sont parfois un peu bruts de décoffrage… Du coup, ici, nous cherchons à créer un lieu chaleureux où chacun peut se sentir à l’aise. L’idée, c’est vraiment de rendre la réparation du vélo plus fun, plus conviviale. "

Les mécaniciens réparent la plupart des vélos — si ce n’est les vélos électriques dont les problèmes impliquent généralement un changement à l’intérieur du moteur. Tandem est d’ailleurs ouvert à tous. " Comme les magasins de vélos sont souvent débordés, ils prennent en priorité la réparation de vélos achetés chez eux. Nous, on ne vend pas de vélos, et donc on n’est pas attachés à certaines marques pour la réparation ", expliquait Céline.

Ce mix original — entre restauration et cyclisme — donne ainsi toute sa spécificité à Tandem. " Puis, cela donne une ambiance toute particulière. Je trouve cela chouette : quand tu viens bosser, tu peux venir observer tout ce qui se passe autour et donc ici, ces réparations… Puis le trio vélo-café-bière fonctionne très bien chez les cyclistes ! "

Un réseau dense

Au fil des années, la capitale s’est dotée d’un réseau important en termes d’assistance pour le vélo. Il existe des dizaines d’ateliers parsemés dans la ville qui permettent de réparer – ou d’apprendre à réparer – son vélo.

Par exemple, l’ASBL CyCLO dispose de neuf ateliers vélo dont un participatif et un destiné à la formation. L’association a d’ailleurs répertorié sur une carte les différents services de réparation de vélo à Bruxelles. Un réseau de plus en plus dense !

Loading...

Sur le même sujet

Comment optimiser l’autonomie de son vélo électrique ?

Mobilité

Le vélo, première alternative à l'auto pour les Européens

Mobilité

Articles recommandés pour vous