Diables Rouges

Un régime spécifique pour les Diables Rouges : ils ne risquent pas de quarantaine

Les Diables vont former une bulle... de 50 personnes !

© LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

24 août 2020 à 13:40 - mise à jour 24 août 2020 à 13:46Temps de lecture4 min
Par Erik Libois

Coronavirus oblige (les matches amicaux de mars et juin avaient été annulés), Roberto Martinez fait seulement sa rentrée 2020… ce mardi : le sélectionneur des Diables Rouges dévoilera demain à 13 h la liste de ses élus pour le diptyque face au Danemark et l’Islande (5 et 8 septembre), en Ligue des Nations. Une sélection qui se profilait comme un casse-tête vu la situation sanitaire actuelle… mais qui devrait finalement n’être déterminée que pas des critères purement sportifs.

Car malgré les chiffres à nouveau croissants du Covid-19, et la multiplication des zones rouges faisant craindre une quarantaine à nos Diables expatriés (notamment en Angleterre), les footballeurs internationaux bénéficient… d’un régime d’exception.

En concertation avec nos Ministères de l’Intérieur et des Affaires Etrangères, nous avons obtenu une exception… et ce régime bénéficie d’ailleurs à tous les sportifs de haut niveau, pas qu’aux footballeurs donc " explique Philippe Rosier, Manager Santé et Performance au sein du staff des Diables Rouges. " La condition est que ces sportifs soient soumis à un schéma de testing intensif. Dans ce cas, ils peuvent aller et venir sans entraves : c’est ainsi le cas pour Youri Tielemans et Dennis Praet qui vivent en zone rouge, à Leicester, mais ne sont pas soumis à une quarantaine, quand ils en sortent ou quand ils y reviennent. "

Pas de charge pour le contribuable

La crainte était effectivement que nombre de Diables évoluant en Angleterre ne soient… pas libérés par leur club s’ils devaient se soumettre à une quarantaine au retour. Reste à faire passer la pilule au sein de l’opinion publique qui, elle, subit des restrictions draconiennes.

Je ne vois pas très bien où est le problème dès le moment où, lors de leur prochain séjour à Tubize, les Diables subiront 5 ou 6 tests, que les tests sont en nombre suffisant pour la population et que ce testing est intégralement financé par la Fédération et par l’UEFA " poursuit Phlippe Rosier. " Evidemment, s’il y avait une pénurie de tests pour la population, et que nos tests étaient financés par le contribuable, il y aurait un gros problème éthique. Ce n’est absolument pas le cas : nous prenons tout en charge. Et les résultats des tests sont disponibles dans un délai de 24 heures... comme pour la population. "

Bulle de 50

Reste que la mise en place du protocole pour le stage des Diables n’a pas été de tout repos…

" C’est un véritable casse-tête car si, au quotidien, les joueurs forment une bulle dans leur club et avec leur entourage direct, il s’agit, pour une équipe nationale, de reformer une nouvelle bulle de 50 personnes provenant de tous les horizons " poursuit Rosier, qui coordonne depuis 5 ans à la Fédération le travail des médecins, des kinés, des podologues, des ostéopathes, des data-analystes… jusqu’au cuisinier. " Au début, le temps qu’on obtienne les résultats des premiers tests réalisés à l’arrivée à Tubize, les joueurs et les membres du staff appliqueront les gestes-barrières traditionnels: le masque, le gel et la distanciation sociale. Si tous les tests sont négatifs, on formera notre bulle et les entraînements avec contacts pourront débuter. Vu les nombreux tests dans les clubs, un cas positif est très peu probable… mais il faut rester prudent car on voit que, dans la vie courante, des gens sans contacts sociaux sont quand même infectés. Donc si un joueur est testé positif, il sera directement identifié, isolé et mis en quarantaine. On voit que ce protocole fonctionne très bien en Belgique, en Italie, en Angleterre, en France, en Espagne ou en Allemagne. Le football a eu quelques cas de joueurs positifs… mais jamais de contaminations à toute leur équipe. "

Pas de raison de se plaindre

À leur arrivée à Tubize demain, les Diables doivent donc s’attendre à être passés au crible… et sous toutes les coutures.

Ce sont des professionnels, et ils sont très disciplinés " reprend Philippe Rosier. " Ils savent qu’ils sont des privilégiés car ils peuvent pratiquer leur métier, qui est aussi leur passion, et ils ont totale liberté de mouvement. Donc ils n’ont aucune raison de se plaindre… et ils ne le font pas : ils se soumettent sans souci aux diverses batteries de tests. "

Si Roberto Martinez doit enregistrer des forfaits, ce ne sera donc pas suite à la crise sanitaire. Mais plutôt pour des raisons sportives… ou personnelles : Romelu Lukaku et Jason Denayer bouclent seulement leur saison européenne et partent en vacances, le duo Thibaut Courtois-Eden Hazard vient à peine de reprendre l’entraînement à Madrid, et à Dortmund le trio Axel Witsel-Thorgan Hazard-Thomas Meunier est à peine plus avancé dans sa préparation – et Meunier vient d’ailleurs de se blesser… Enfin, Kevin De Bruyne s’apprête à pouponner puisque la naissance de son troisième enfant est imminente.

C’est l’autre casse-tête du Covid : aucune situation n’est comparable avec ces saisons décalées " conclut Rosier. " Les uns terminent seulement leur saison, d'autres ont déjà entamé leur championnat, d'autres sont encore en vacances ou reprennent seulement les entraînements. Nous devons produire des programmes de préparation adaptés à chacun. Pour la question des forfaits éventuels, vous devez donc poser la question à Roberto Martinez. Mais s’il y en a, ils ne pourront pas être attribués à la question sanitaire… "

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous