Belgique

Un sous-officier de l’armée belge qui entretenait des liens avec des mouvements d’extrême droite suspendu de ses fonctions

Photo d’illustration.

© Belga

27 sept. 2022 à 18:13Temps de lecture1 min
Par Belga édité par Ambroise Carton

L’armée a retiré l’habilitation de sécurité d’un sous-officier affecté à la garde du 2e Wing tactique de Florennes, rapportent mardi Le Soir et Knack. L’homme a été suspendu de ses fonctions au début du mois de juillet.

Le militaire était connu du Service général de renseignement et de sécurité (SGRS – renseignement militaire) depuis une dizaine d’années pour une tendance à la violence et des liens entretenus avec des mouvements d’extrême droite comme "Blood & Honor".

L’an dernier, le SGRS a reçu des signaux alarmants au sujet du sous-officier. Depuis l’affaire Jürgen Conings, la vigilance a été renforcée à l’égard de ce genre de personne. Selon les informations des deux journaux, le sous-officier collectionne les armes et a aménagé un stand de tir dans le sous-sol de son domicile.

L’habilitation niveau "secret" dont il bénéficiait lui a été retirée et il a été soumis à une mise en congé provisoire.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, ne souhaite pas s’exprimer sur un cas individuel. Son cabinet a rappelé que des mesures ont été prises depuis l’affaire Conings pour mieux surveiller l’extrémisme au sein du département. "Il n’y a pas de place pour l’extrémisme, le racisme et le sexisme à la Défense", avait alors fait savoir la ministre.

Sur le même sujet

À nouer des alliances avec l’extrême droite, le Parti Populaire Européen part à la dérive

Monde Europe

Articles recommandés pour vous