Vuelta - Cyclisme

Une ascension de 20 kilomètres pour finir : le profil de la 12e étape décrypté

Dans la dernière ascension, Remco Evenepoel va devoir défendre son maillot rouge de leader.

© Belga

01 sept. 2022 à 05:00Temps de lecture2 min
Par Raphaël Deby

La montagne est de retour ce jeudi. Au lendemain d’une étape sans la moindre difficulté, les grimpeurs vont retrouver un terrain de jeu bien plus intéressant pour eux.

Le peloton a rendez-vous avec l’étape la plus longue de cette Vuelta : 195,5 kilomètres entre Salobrena et Estepona.

Cependant, il faudra tout de même attendre longtemps, très longtemps avant de voir la bagarre entre les gros bras du classement général. L’étape commencera tout simplement par 110 kilomètres de plat qui ne devraient pas offrir de grand spectacle, en dehors des attaques pour prendre l’échappée matinale.

Le peloton va ensuite avec droit à une petite mise en bouche et une montée répertoriée dans les environs de Marbella. Avec une descente et 27 kilomètres de plat ensuite, il ne faut rien attendre de ce côté-là en ce qui concerne des éventuelles offensives parmi les favoris.

Il faudra donc attendre plus de 170 kilomètres de course pour voir le pied de l’ascension du jour, positionné juste après le sprint intermédiaire. Longue de 19,8 km à 6,4%, le Peñas Blancas d’Estepona pourrait offrir un terrain de jeu idéal aux différents favoris.

Avec une demi-heure d’ascension prévue au programme, il est peu probable de voir un candidat au maillot rouge tenter quelque chose dès le pied, d’autant qu’il y aura un petit répit après trois kilomètres de montée. La suite sera principalement autour de 7% avec trois passages à plus de 14% dont le dernier est situé à moins de deux kilomètres de l’arrivée.

Théâtre de la victoire de Leopold König en 2013, cette ascension a été rallongée de quatre kilomètres depuis. Avec une température autour de 30 degrés, le peloton ne devrait pas être gêné par le vent, pas très fort selon les prévisions.

L'avis de Gérard Bulens sur l'étape du jour

"Je considère que ce genre d'étape est relativement dangereux dans la mesure où on peut avoir une échappée avec de vrais baroudeurs qui veulent aller chercher la victoire d'étape. Cela implique automatiquement un travail de l'équipe du leader qui devra peut-être chercher des associations pour avoir d'autres coureurs qui travaillent. Je pense à l'équipe Jumbo-Visma de Primoz Roglic (2e) et Movistar d'Enric Mas (3e). Ce travail fait en sorte que, durant la dernière ascension,  on verra vraisemblablement un isolement un peu plus rapide de ce qui était prévu. Ilan Van Wilder et Fausto Masnada seront sans doute ceux qui iront le plus loin aux côtés de Remco Evenepoel. Si la forme est toujours là et qu'il n'a pas de jour sans, il sera de taille pour monter avec les meilleurs. Ce qui serait beaucoup plus gênant, c'est le placement d'un coureur dangereux à l'avant tout en tenant compte des écarts dans cette grosse échappée et avoir un trop grand nombre de coureurs dans cette échappée matinale mais c'est à gérer par l'équipe. Je pense que cela peut être mené à bien."

Le profil de l'étape

L’étape sera très plate durant la première partie de la course.
L’étape sera très plate durant la première partie de la course. © Vuelta
La dernière ascension du jour devrait être le théâtre d’une belle bagarre entre favoris.
La dernière ascension du jour devrait être le théâtre d’une belle bagarre entre favoris. © Vuelta

11e étape : ElPozo Alimentacion > Cabo de Gata : Victoire au sprint de Kaden Groves

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous