La Grande Forme

Une "astuce minceur" sur TikTok provoque la pénurie d’un antidiabétique

14 nov. 2022 à 16:00 - mise à jour 19 janv. 2023 à 14:19Temps de lecture4 min
Par Daphné Fanon

500.000 personnes sont diabétiques en Belgique, soit une personne sur 20. Parmi ces personnes, nombreux sont ceux qui se soignent grâce à "l’Ozempic" : un médicament pour les personnes atteintes de diabète de type 2. Mais depuis quelques mois, une tendance sur les réseaux sociaux incite les utilisateurs à s’en faire prescrire pour perdre du poids. Le point avec le Pr Laurent Crenier, Président de l’Association du Diabète et Directeur de la Clinique de Diabétologie à l’hôpital Erasme.

Le diabète est un ensemble de maladies dont le point commun est le taux élevé de sucre dans le sang. Le diabète est une maladie où le taux de sucre dans le sang (la glycémie) est trop élevé. Les causes de cette élévation de la glycémie peuvent être multiples, explique le Pr Laurent Crenier, Président de l’Association du Diabète et Directeur de la Clinique de Diabétologie à l’hôpital Erasme.

On distingue deux grands types de diabètes :

  • Le diabète de type 2 : il est de loin le plus fréquent : il concerne neuf diabétiques sur 10. Dans ce cas-là, le problème se situe au niveau de l’action de l’insuline (qui est l’hormone qui régule la glycémie.)
  • Le diabète de type 1 : les personnes qui en sont atteintes n’ont plus de sécrétion d’insuline. L’insuline doit donc être remplacée par des injections d’insuline exogènes, pour réguler la glycémie.

Le sucre et le glucose sont très importants dans le corps car ils sont source d’énergie. Mais il n’en faut pas à l’excès : quand il y en a trop, à long terme, le sucre est un poison silencieux. Les problèmes surviennent seulement après que le taux sucre est resté trop haut dans le sang durant 10 ou 20 ans.

Les facteurs de risque du diabète sont multiples. Pour le diabète de type 2, les causes résultent premièrement de notre mode de vie. "A l’époque moderne, nous sommes beaucoup trop sédentaires, on n’a pas assez d’activité physique" explique le Pr Crenier. L’excès de poids et l’obésité sont fréquents en Belgique : la moitié des Belges sont en surpoids (statistiques basées sur le BMI). Mais précisons que la masse totale n’est pas le plus important. Ce qu’il est intéressant de calculer, c’est surtout l’excès de graisse viscérale (qui se trouve dans le ventre) et qui est responsable du diabète.

Ozempic : le médicament qui a révolutionné le traitement contre le diabète

Ces 20 dernières années, il y a eu énormément de progrès en ce qui concerne les traitements contre le diabète. A la fois les technologies pour le diabète du type 1, mais aussi les médicaments pour lutter contre le diabète de type 2. Le grand progrès de ces dernières années, c’est qu’il existe maintenant des médicaments qui peuvent traiter le diabète avec moins d’effets secondaires qu’auparavant.

Ils permettent d’une part, de mieux réguler la glycémie sans donner ce risque d’hypoglycémie. Et d’autre part, ce médicament permet de perdre du poids. Chose intéressante puisque souvent, les personnes diabétiques ont des problèmes de surpoids. Ainsi, aujourd’hui, il y a la possibilité de traiter les personnes qui souffrent de diabète de type 2 avec le médicament Ozempic.

Ce qui pose problème, c’est que ce médicament est également utilisé par des personnes qui se sentent en surpoids, sans souffrir du diabète. Une tendance sur les réseaux sociaux incite même les gens à se rendre chez leur médecin pour s’en faire prescrire, simplement pour perdre du poids.

C’est quelque chose qu’on observe rarement quand on parle de médicament

Une mode a été lancée sur les réseaux sociaux autour de ce médicament. "C’est quelque chose qu’on observe rarement quand on parle de médicament" explique le Dr Crenier. Mais prescrire ce médicament aux personnes qui ont des problèmes de poids n’est absolument pas illégal. La molécule qui constitue ce médicament est même indiquée en Europe dans le cadre de l’obésité ou du surpoids, avec facteur de risque cardiovasculaire. Cela concerne donc énormément de monde.

Loading...

Le problème, c’est que jusqu’à présent, cette molécule était réservée aux personnes diabétiques. Et avec l’afflux important de prescriptions, les pharmacies se retrouvent en pénurie. La production des médicaments est prévue longtemps à l’avance et la firme n’avait pas prévu cet engouement.

Il faut essayer que les gens qui prennent déjà ce médicament puissent continuer à le prendre.

Les patients qui l’utilisent hors diabète payent ce médicament : il n’y a pas de remboursement prévu pour les personnes qui ne sont pas diabétiques. Cela coûte donc une centaine d’euros par mois pour l’utiliser. Selon le Pr Crenier, ce qui est primordial, c’est la continuité des soins. "Il faut essayer que les gens qui prennent déjà ce médicament puissent continuer à le prendre". Mais il n’y a rien qui, légalement, interdit ou empêche un médecin qui pense que le médicament pourrait être indiqué pour un patient, de prendre le médicament.

L’obésité, comme le diabète, est une maladie chronique. La première option pour se soigner reste de manger sainement et de faire du sport. Mais changer ses habitudes alimentaires et sportives n’est pas évident pour tout le monde. Certains médecins se sentent démunis face au manque d’efficacité de ces conseils. Les médicaments comme Ozempic peuvent donc être des solutions efficaces. Ce médicament existe par ailleurs maintenant depuis presque 15 ans, et les médecins sont assez rassurés sur le fait qu’ils sont sans danger.

La pénurie : une question de temps !

Tout le monde est bien conscient de la pénurie en cours. Les firmes pharmaceutiques en sont conscientes et font tout pour que le rythme de production augmente. Par ailleurs, dans les années qui viennent, les indications de ces médicaments seront élargies, car ce sont de bons médicaments. D’ici janvier, la pénurie devrait être réglée, espère le Pr Laurent Crenier, Président de l’Association du Diabète.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous