RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sciences et Techno

Une carte au trésor pour mieux trouver les météorites de l’Antarctique

26 janv. 2022 à 06:00 - mise à jour 26 janv. 2022 à 22:36Temps de lecture4 min
Par Lucie Dendooven

L’Antarctique, le grand continent blanc, fascine les scientifiques, et tout particulièrement les géologues car ils y ont trouvé une majorité des météorites tombées sur terre. Deux tiers des météorites collectées dans le monde proviennent en effet de ce continent et les géologues estiment qu’il en subsiste 300.000 dans les glaces de l’Antarctique.

Pour l’instant 40.000 météorites, c’est-à-dire 10% du total présent sur l’Antarctique, ont été collectées. C’est dire si la confection d’une carte au trésor pour mieux identifier les endroits où elles se trouvent est précieuse pour tout le monde scientifique. Et c’est une équipe belgo-néerlandaise qui l’a réalisée.

Les météorites sont bien sûr partout présentes sur notre planète et la Belgique en recense six découvertes sur son territoire. Mais sur l’Antarctique, elles sont particulièrement faciles à détecter dans un environnement blanc ou bleu comme la glace car elles ne sont pas cachées par la végétation. Les météorites y sont aussi beaucoup mieux préservées grâce au froid, comme nous l’explique Vinciane Debaille, géologue et directrice du service géochimie à l’Université Libre de Bruxelles : "Elles sont au frigo dans la glace de l’Antarctique, en quelque sorte. Mais lorsqu’elles sont à l’air libre, elles s’altèrent très vite avec l’oxygène."

Des données satellites et sur le terrain pour construire cette carte

Loading...

Vinciane arpente le continent blanc depuis une dizaine d’années. Lors d’une mission en 2012, son équipe a rassemblé 400 météorites. Mais elle reconnaît les difficultés rencontrées sur le terrain : "Lorsque les météorites tombent sur la calotte glaciaire, elles suivent l’écoulement de la glace et se regroupent en des endroits spécifiques. Nous avons essayé d’identifier les endroits où l’on peut trouver beaucoup de météorites."

Les équipes de géologues choisissaient jusqu’à présent des emplacements de glace bleue. Il s’agit d’une glace profonde qui remonte à la surface. Vinciane Debaille nous précise : "Quand la glace est bloquée par la montagne, elle remonte à la surface et charrie, avec elle, des météorites tombées il y a très longtemps sur le continent. Auparavant, nous cherchions dans les endroits de glace bleue déterminés par satellites. Puis, nous allions voir sur place. Parfois, nous trouvions des météorites, parfois pas car le mécanisme est très complexe."

C’est ici qu’interviennent Veronica Tollenaar et Harry Zekollarin, deux jeunes chercheurs du laboratoire de glaciologie de l’Université Libre de Bruxelles. Ils décident de combiner plusieurs types d’information que fournissent à la fois les satellites et les constats sur le terrain. Harry Zekolarin nous précise : "Nous connaissons la vitesse de progression de la glace, le relief du continent, ses températures grâce aux données satellite. Nous avons aussi des relevés de données effectués sur place… Nous avons combiné l’ensemble de ces observations dans un algorithme d’intelligence artificielle."

Les recherches ont été menées en collaboration avec l’Université de Delft aux Pays-Bas. Veronica Tollenaar est tout simplement enthousiaste : "Créer cette carte aux trésors, c’est juste un rêve d’enfants. Et puis c’est une grande avancée pour les équipes qui explorent le continent Antarctique à la recherche de ces météorites car jusqu’à présent on cherchait un peu une aiguille dans une botte de foin."

Une carte disponible pour toute la communauté scientifique

© Tous droits réservés

Pour ces deux jeunes chercheurs, pas question de garder ces précieuses données pour eux seuls. Le but est de partager cette carte avec l’ensemble de la communauté scientifique de manière à augmenter le nombre de météorites récoltées.

L’équipe espère tout de même pouvoir vérifier sur le terrain les données de leur carte. Ils espèrent se rendre l’année prochaine à la station spatiale Princesse Elisabeth, pas loin de laquelle se trouve justement un gisement potentiel de météorites intéressant.

Pour Vinciane Debaille, cette carte est providentielle : "Au lieu de chercher un peu au hasard, en utilisant cette carte au Trésor nous maximalisons nos chances de découvrir des météorites. On ne doit plus quadriller une vaste zone aujourd’hui mais chercher en des endroits plus précis. Les distances sont énormes en Antarctique. Pouvoir optimiser une expédition très coûteuse en Antarctique est évidemment très précieux."

Les météorites, aspirateurs de poussières d’étoile

© Tous droits réservés

Mais pourquoi ces météorites sont-elles si précieuses ? La réponse fuse directement dans la bouche de Veronica Tollenaar : "Elles nous apportent des réponses à des questions essentielles comme comment les planètes se sont-elles formées ? D’où venons-nous ?, Quel âge a notre planète ? C’est fascinant."

Les météorites sont donc un outil inestimable pour étudier la formation de notre système solaire et la formation des planètes. Vinciane Debaille renchérit :"Il faut voir ces météorites comme un aspirateur géant de toutes ces poussières qui ont été brassées au début du système solaire. Notre travail est de mettre toutes les pièces de ce grand puzzle en forme."

Des météorites uniques ont aussi été découvertes en Antarctique. C’est le cas de cette météorite martienne découverte en 1984 et portant le doux nom de ‘ALH84001’. Au cours de son analyse, en 1996, les scientifiques y ont retrouvé des traces de vie. Il s’agissait de traces chimiques interprétées comme une activité biologique. Elles ont été le déclenchement de la recherche d’une trace de vie microbienne sur Mars. Toute une aventure encore en cours.

Sur le même sujet

Climat : une plateforme de glace de la taille de Rome s’effondre en Antarctique

Monde

Face aux visées russes et chinoises, l'Otan refuse un "vide sécuritaire" dans l'Arctique

Monde Europe

Articles recommandés pour vous