Regions

Une invitation à découvrir des jets privés éclabousse le Cercle de Wallonie

Annual Meeting of the World Economic Forum WEF (photo d’illustration)
22 sept. 2022 à 16:09Temps de lecture1 min
Par Simon Bériaux

C’est ce qu’on appelle un "bad buzz". Le Cercle de Wallonie – qui se présente comme le premier club d’affaire du sud du pays - a subi une volée de bois vert ces derniers jours. En cause, une invitation envoyée aux 1200 membres du club. Invitation à une journée découverte des "taxis du ciel". En d’autres termes, des jets privés. Dans le contexte actuel, les réactions courroucées ne se sont pas fait attendre. L’événement programmé ce samedi 23 septembre à Liège Airport n’aura finalement pas lieu. Le siège namurois du Cercle a par ailleurs été vandalisé.

De l’art du timing et des conséquences du fou rire d’un joueur de football

"Pour rejoindre le salon de l’immobilier MIPIM de Cannes ou l’incontournable rendez-vous des collectionneurs Art Basel, […] plus de 45 appareils d’ASL se tiennent à disposition de la clientèle privée ou d’affaire."

Cette phrase est extraite de l’invitation lancée à ses membres par le Cercle de Wallonie le 12 septembre dernier. La visite de la flotte d’ASL était quant à elle prévue à Liège Airport ce samedi 23 septembre. Il n’en sera finalement rien. Les voyages en jets privés ont été au centre d’une polémique en France il y a quelques semaines : on se souvient du fou rire du footballeur Kilian Mbappé. La thématique reste donc sensible et les réactions ne tardent pas : sur les réseaux sociaux d’abord, puis sous la forme d’une carte blanche publiée par nos confrères du Vif, dans laquelle une vingtaine de signataires issus du monde académique jugent une telle invitation "consternante". Consternante, comme l’attitude d’un petit groupe anonyme parti tagger la façade du siège social du Cercle de Wallonie en début de semaine.

Mea Culpa et interpellation

Ce jeudi, le Cercle de Wallonie reconnaissait une maladresse. L’évènement, apprend-on, était prévu de longue date. Il était sur le point d’être annulé vu le climat ambiant. Mais voilà, l’invitation - programmée - serait partie au plus mauvais moment. Au tag laconique assénant sur la façade de son siège social namurois : "Jet Privé = Terrorisme écologique", le Cercle rappelle que dans 80% des cas, les vols privés sont utilisés pour les rapatriements et le transport d’organes par exemple. Un des tagueurs masqués a par ailleurs été interpellé par les policiers namurois. Une plainte a été déposée, confirme le Parquet de Namur.

Articles recommandés pour vous