RTBFPasser au contenu
Rechercher

Une justice plus rapide : 1400 nouveaux collaborateurs vont être recrutés d’ici fin 2022

16 juin 2021 à 12:37Temps de lecture3 min
Par Melanie Joris

Pour le ministre de la justice Vincent Van Quickenborne, nous entrons avec sa législature dans la "décennie de la justice". Avec un budget gonflé à 2,5 milliards d’euros d’ici 2024, le ministre veut rendre la justice plus rapide, plus humaine et plus ferme. Tout un programme.

Une justice plus rapide

Pour rendre la justice plus rapide, 1400 nouveaux collaborateurs devraient être recrutés d’ici fin 2022. Il s’agit de magistrats et de greffiers pour soutenir le fonctionnement des cours et tribunaux, mais aussi d’agents pénitentiaires pour les prisons ou encore d’experts à la sûreté de l’État.

Un profil est particulièrement recherché, il s’agit des criminologues. Ceux-ci travailleront principalement sur les dossiers de violence intrafamiliale. L’objectif est de détecter plus rapidement ces faits, de les juger et de les condamner.


►►► A lire aussi : Justice : des juges à bout de souffle, des délais six fois plus longs


Pour permettre des décisions de justice plus rapide, le ministre de la justice poursuit, par ailleurs, une démarche entamée par ses prédécesseurs : la fameuse digitalisation de la justice. Vincent Van Quickenborne : "Jusqu’à présent, c’était un échec. Désormais, on change d’approche. On va travailler à partir du terrain avec un groupe pilote de sept magistrats. On va digitaliser la justice étape par étape". Un vaste chantier qui sera soutenu par près de 100 millions d’euros du fonds de relance européen.

Toujours sur le matériel, le ministre de la justice s’est lancé en avril dernier dans la distribution de nouveaux ordinateurs portables pour les collaborateurs de la justice. "Ma promesse, c’est de ne plus devoir travailler avec du matériel plus vieux que cinq ans", affirme Vincent Van Quickenborne.

Une justice plus humaine

La justice doit être plus accessible pour les citoyens. Cela passe notamment par la réforme du système pro deo (recevoir l’aide d’un avocat presque gratuitement). Grâce à cette réforme, 3,5 millions de Belges pourront accéder à la justice.

Par ailleurs, cette législature veut donner plus d’attention aux victimes de violences sexuelles et/ou conjugales. Actuellement, trois Centres de Prise en charge des violences sexuelles (CPVS) existent en Belgique. Il y en aura bientôt dix pour accueillir les victimes et leur proposer un accompagnement pluridisciplinaire.

Une justice plus ferme

Dès le 1er décembre 2021, toutes les peines de prison devront être exécutées. Actuellement, la plupart des peines de moins de 3 ans ne sont pas exécutées. Pour le ministre de la justice, ce n’est pas acceptable. "Des magistrats supplémentaires vont être engagés et formés à cette fin. Cela fera plus de détenus, mais deux nouvelles prisons ouvrent leurs portes en 2022 à Haren et Termonde. Il y a aussi des maisons de détention", complète Vincent Van Quickenborne.

Budget de 2,5 milliards : est-ce suffisant ?

Vincent Van Quickenborne estime que la différence sera visible d’ici la fin de son mandat. La justice aura bénéficié "d’énormes moyens".

Différents acteurs du monde judiciaire ont assisté à cette présentation du ministre de la justice. Fabienne Bayard est la présidente du Collège des cours et tribunaux. Elle accueille ces annonces avec prudence. "C’est un vrai plus, mais est-ce que cela sera suffisant ? Je ne le pense pas". Et de compléter : "Les ressources supplémentaires que nous allons recevoir ne sont pas encore à pied d’œuvre. Les délais sont extrêmement longs pour le recrutement des magistrats et le personnel judiciaire. Les premières ressources n’arriveront pas avant 2022".

De son côté, Johan Delmulle, président du Collège du ministère public, s’est dit satisfait. Trente magistrats vont être recrutés pour compléter les bancs du ministère public. "C’est un signal fort qui montre qu’on investit à nouveau dans la justice. Cette hausse du budget s’est fait attendre très longtemps", remarque-t-il.

Les acteurs du terrain espèrent désormais que ces moyens en personnel et en matériel porteront leurs fruits dans leurs tâches quotidiennes. Avec au cœur de leurs préoccupations, une justice de qualité pour les citoyens.

Pénurie de magistrats: JT 17/05/2021

Pénurie de magistrats : Sous les tonnes de dossiers

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Justice au temps du Covid : un audit du Conseil supérieur de la justice livre observations et recommandations