Journal du classique

Une lettre écrite par Beethoven sera bientôt mise en vente à Londres

© Apic / Getty Images

19 août 2022 à 13:26Temps de lecture2 min
Par Céline Dekock

Une lettre écrite de la main de Beethoven sera bientôt mise en vente, dans le cadre de la 65e édition de "Firsts", le salon de livre rare de Londres qui se tiendra du 16 au 18 septembre prochains. La librairie In Libris, basée à Vienne, y mettra en vente la missive de la main de Beethoven datée du 23 mars 1812.

C’est un témoin du travail du compositeur viennois qui sera bientôt mis en vente à Londres. A l’été 1811, Beethoven fait la rencontre de Joseph von Varena, fonctionnaire et mécène de Graz. Ce dernier persuade Beethoven de soutenir par sa musique les concerts de charité qu’il organise, proposition que Beethoven accepta avec enthousiaste.

Il promet à Varena qu’il recevra deux compositions, "Le Roi Etienne" (op. 117) et "Les Ruines d’Athènes" (op. 113), pour le concert de charité qui aurait lieu le 29 mars 1812. Une promesse qu’il sera très difficile à Beethoven de tenir et c’est justement ce que révèle la lettre qui sera mise en vente à Londres. Beethoven s’adresse au fonctionnaire viennois Franz Rettich. C’est lui qui était chargé de porter à Graz les partitions à Graz, lieu du concert, afin que l’orchestre puisse répéter.

Le souci est que le copiste de Beethoven, Wenzel Schlemmer, est tombé malade, retardant l’envoi desdites partitions. Dans sa lettre à Rettich, datant du 23 mars 1812, soit six jours seulement avant le concert de charité, Beethoven promet que l’œuvre sera terminée à temps, mais prévient que l’orchestre de Graz aura très peu d’occasions de répéter : "Les deux ouvertures devraient très certainement suivre demain soir, et vous serez donc satisfait, mais seulement grâce aux plus grands efforts. Je vous prie d’écrire que tout ce que l’on attend à Graz sera bien reçu, mais que chacun doit se préparer à l’avance pour la répétition, car les choses arriveront en diligence, pas trop tard certes, mais tout juste à temps."

Wenzel Schlemmer terminera finalement son travail trop tard pour que les partitions puissent partir avec Franz Rettich en diligence régulière. Les partitions seront envoyées à Graz par courrier spécial et arriveront le jour même du concert, le 29 mars, à midi, laissant que très peu de temps à l’orchestre de répéter. D’ailleurs, l’ouverture des Ruines d’Athènes ne sera pas jouée lors du concert.

Cette lettre sera mise en vente au prix de 90.000 euros.

Sur le même sujet

Beethoven dans l’écrin de l’Opéra du Château de Versailles

Musiq3

Ecouter Beethoven serait bon pour notre santé physique et mentale, selon une nouvelle étude scientifique

Journal du classique

Articles recommandés pour vous