Regions Namur

Une nouvelle page pour l’Intime Festival

Philippe Jaenada, auteur de "La petite femelle" à écouter à l’Intime Festival.

© AFP

21 août 2020 à 08:08Temps de lecture1 min
Par Clara Weerts

L’intime festival mettra en lumière des textes littéraires, du 28 au 30 août à Namur. Comédiens et auteurs se prêteront au jeu et liront ces ouvrages devant un petit public. Sébastien Ministru, journaliste pour Moustique, est venu nous parler de cet événement au micro d’Isabelle Verjans. Nous l’avons reçu dans le cadre de "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés par la crise du Covid-19.


►►► Découvrez l’article dans votre magazine Moustique ou en ligne sur moustique.be.


 

Pendant 3 jours et 3 soirées, des comédiens ou auteurs viendront se prêter à un exercice plus difficile qu’il n’y paraît, déclamer en public des œuvres littéraires contemporaines. Le festival lancé il y a 8 ans par Benoit Poelvoorde, grand amateur de lecture, a dû se réinventer suite à la situation sanitaire. D’habitude, le festival se tient au théâtre de Namur où une foule de spectateurs s’amasse. Cette année, seulement 100 personnes pourront assister aux représentations. Elles se tiendront dans deux lieux emblématiques de Namur, la cathédrale Saint-Aubin et l’église Saint-Loup.

Sébastien Ministru nous parle de deux auteurs à lire absolument ou à écouter à l’intime festival. Philippe Jaenada viendra présenter son livre intitulé La petite femelle. Celui-ci raconte l’histoire de Pauline Dubuisson, condamnée en 1953 pour le meurtre de son ex-compagnon. L’auteur a la particularité de réécrire d’anciens faits divers oubliés avec beaucoup d’humour et de digression. " C’est un feu d’artifice littéraire hilarant " pour Sébastien Ministru. Philippe Jaenada, auteur français, viendra lire un extrait de son ouvrage le 29 août à 14 heures à la cathédrale Saint Aubin.

Une autre lecture à ne pas manquer est celle d’Avant que j’oublie d’Anne Pauly. Elle raconte l’histoire de son père au profil particulier à la fois unijambiste et alcoolique. Elle parle surtout de la face cachée de son père aimant. Le texte sera lu par Catherine Salée, le 28 août à 20 heures à la cathédrale Saint-Aubain. 

Articles recommandés pour vous