Belgique

Une nuit "à risques" : importante mobilisation policière pour le réveillon de la Saint Sylvestre

© Tous droits réservés

31 déc. 2020 à 13:33 - mise à jour 31 déc. 2020 à 13:34Temps de lecture4 min
Par Jean-François Noulet

C’est un réveillon pas comme les autres qui s’annonce ce soir. Sans feux d’artifice, sans rassemblements et en respectant le couvre-feu à 22 heures, c’est une situation inédite à laquelle les zones de police du pays se sont préparées.

Le réveillon de la Saint Sylvestre ne ressemblera pas à ceux des années précédentes. Si cet événement est pour beaucoup un moment de grande fête, où l’on célèbre jusqu’au bout de la nuit l’arrivée de la nouvelle année, ce sera très différent cette année. Pas de grandes fêtes à plusieurs. Un contact rapproché extérieur au foyer, voire deux pour les personnes isolées, c’est tout ce à quoi les citoyens belges ont droit. Il y a des règles sanitaires à respecter et la police sera là pour y veiller.

Traquer les lockdown parties

A Charleroi, comme dans toutes les zones de police du pays, les consignes sont claires. Les procureurs généraux ont rappelé le cadre dans lequel les policiers devaient opérer. Ils ont aussi durci les règles et les sanctions pour ceux qui participeraient à des fêtes ou en organiseraient. Les policiers auront donc pour mission en cette nuit du réveillon de se charger de contrôler le respect des règles. "Ce qui est prévu, c’est le respect de la circulaire du Collège des procureurs généraux qui donne des priorités au niveau de la recherche et du constat d’infractions. Ce qui va être recherché en priorité, ce sont les lockdown parties qui se dérouleraient éventuellement sur le territoire", explique David Quinaux, le porte-parole de la Zone de police de Charleroi.

Plus d’effectifs sur le terrain

Comme c’est le cas chaque année lors du réveillon de la Saint Sylvestre, les effectifs de police sont renforcés. A Mons, par exemple, il y aura deux fois plus de patrouilles que pour un week-end normal. Mais ce qui change surtout, c’est qu’on ne sera pas dans des interventions typiques du Nouvel An, comme l’explique Bruno Lheureux, directeur des opérations de la zone de police de Mons. " Toute une partie de la capacité qu’on dédiait les années précédentes à la sécurisation des événements festifs, des soirées va pouvoir être réorienté vers la surveillance, les patrouilles proactives dédiées au respect des mesures Covid", explique-t-il.

A Charleroi, les effectifs seront répartis essentiellement en deux dispositifs. "Un dispositif ordinaire avec les équipes d’intervention habituelles renforcées par le groupe de sécurisation et d’appui et des unités canines ", explique David Quinaux, de la zone de police de Charleroi. A côté de cela, un second dispositif : "un dispositif extraordinaire qui, lui, va se focaliser sur le respect des règles liées à la pandémie. Ce dispositif extraordinaire sera composé d’un peloton, c’est-à-dire 40 hommes, quatre sections d’une dizaine d’hommes avec un commandement intégré. La mission de ce dispositif extraordinaire, c’est de venir en renfort, en support du dispositif ordinaire qui serait dépassé à l’occasion d’une intervention ou l’autre ", poursuit David Quinaux.

De nouvelles missions pour cette nuit du 31 décembre au 1er janvier

Qui dit nouvelles règles à respecter dit nouvelles tâches pour les effectifs de police. A Charleroi, les effectifs devront aussi, par exemple, vérifier que le couvre-feu est bien respecté à partir de 22 heures, puisque c’est la règle. "Là, on sait que certaines infractions sont commises, que des gens essaient de rentrer chez eux ou de se déplacer en dehors des heures prévues. On va mettre des dispositifs en place pour lutter contre ce phénomène ", poursuit David Quinaux. Même chose au niveau des feux d’artifice qui, cette année, sont interdits. "On sait qu’on a quand même certains endroits de la zone de police qui sont fréquentés par des tireurs de feux d’artifice amateurs qui se regroupent à certains endroits. On va placer nos équipes à proximité de ces endroits pour éviter tout rassemblement sur place", explique le porte-parole de la zone de police de Charleroi.

A Mons, les policiers patrouilleront dans le centre-ville mais aussi en périphérie. "Aussi bien dans les noyaux urbains qu’en périphérie. Parce qu’on peut raisonnablement s’attendre à ce que les personnes qui veulent organiser des soirées ou des festivités non permises veuillent le faire de façon plus discrète et fuient les centres urbains", explique Bruno Lheureux, directeur des opérations de la zone de police de Mons.

A Bruxelles aussi, les effectifs ont été renforcés. Toutes les zones de police de la Région bruxelloise collaboreront pour plus d’efficacité. "Le but, c’est de travailler ensemble, on est tous ensemble dans le centre de crise régional. C’est un centre de crise multidisciplinaire. Notre chef est le commandant de la structure policière et coordonne le tout. Quand on est tous ensemble au même endroit, on peut très vite partager des informations pour prendre une décision très vite en cas d’urgence. On pourra le faire sur base des informations, des chiffres, des images à disposition", explique Ilse Van De Keere, la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Ixelles.

"Nous serons très nombreux sur le terrain", affirme la porte-parole de la police de Bruxelles, sans vouloir communiquer le nombre de policiers mobilisés dans la capitale ni trop préciser les moyens mis en œuvre. "A différents endroits, il y aura des réserves qui seront positionnées. C’est de la présence visible sur le terrain. S’il faut intervenir, on envoie la réserve qui est le plus près de l’endroit pour réagir très vite pour mettre fin à l’incident", explique Ilse Van De Keere.

A Bruxelles, les policiers seront attentifs aux lieux de rassemblement traditionnels en cette période, comme la Bourse ou la Grand-Place. Il s’agira de veiller à ce que les gens ne s’y réunissent pas. La consommation d’alcool est également interdite sur la voie publique. A Bruxelles aussi, les policiers veilleront au respect de l’interdiction de tirer des feux d’artifice. "Il y aura une attention particulière à tout ce qui à trait aux feux d’artifice. Il y a une ordonnance bruxelloise qui dit très clairement que c’est interdit d’être en possession d’objets pyrotechniques, d’en faire le transport ou d’en faire usage", précise Ilse Van De Keere. La zone de police de Bruxelles-Ouest vient d’ailleurs de saisir près de 900 kg de feux d’artifice illégaux.

Dans tout le pays, l’objectif des zones de police sera d’assurer la sécurité des citoyens et de contrôler le respect des règles en vigueur. Contrairement à la nuit de Noël qui a été calme, cette nuit de la Saint Sylvestre est considérée comme nuit "à risques" du point de vue des policiers. Le réveillon du nouvel an étant traditionnellement plus festif et plus long que celui de Noël.

 

Extrait de notre 13h:

Réveillon : 2020 se termine à 22H...

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous