Régions Brabant wallon

Une page définitivement tournée à Wavre : l’ancien athénée Folon devient Val Véna

L'ancien athénée est devenu un immeuble à appartements aux lignes contemporaines et aux grandes terrasses

© S. Vandreck

L’ensemble ne ressemble plus à ce qu’il était il y a encore quelques années. Autour de l’ancien athénée Folon, transformé en immeuble de logements, se sont construits cinq autres immeubles plus petits, dont la silhouette s’inspire de la forme pyramidale du bâtiment principal. Dessinés par l'architecte Pierre Blondel, tous ont de grandes terrasses, de grandes baies vitrées, et prennent place dans un parc verdoyant proche du centre-ville. Et surtout, beaucoup sont déjà habités. Ce lundi, l’ensemble était officiellement inauguré. Une page se tourne à Wavre : "C’est un énorme soulagement dans la mesure où le site était devenu un véritable chancre qui nous causait énormément de soucis", commente la bourgmestre, Françoise Pigeolet.

L'ensemble, dont bon nombre d'appartements sont déjà vendus et occupés, vient d'être inauguré officiellement
L'ensemble, dont bon nombre d'appartements sont déjà vendus et occupés, vient d'être inauguré officiellement S. Vandreck

Ne pas devenir "une province de vieux riches"

Le projet immobilier du Val Véna a pour particularité d’offrir des logements accessibles aux jeunes candidats propriétaires, dans une province où la pression immobilière est toujours plus forte, histoire de ne pas voir les 20-40 ans investir dans d’autres provinces. "La demande est évidente. Si on veut que le Brabant wallon ne devienne pas une province de vieux riches et reste dynamique, il faut absolument ancrer cette tranche d’âge qui est en train de disparaître progressivement car les prix sont trop élevés", insiste Jacques Otlet, le président de l’APIBW, l’agence de promotion immobilière du Brabant wallon. En étant propriétaire du terrain, l’agence est parvenue, via un partenariat public privé, à proposer des réductions de 15 à 30% sur des appartements vendus en moyenne 250.000 euros. Pour obtenir ces réductions, il fallait remplir certains critères en termes d’âge, de revenus, de domiciliation sur le territoire de la province. "Si je prends la catégorie la plus aidée, les plus jeunes qui ont droit à une réduction de 30%, cela fait 70-80.000 euros de réduction, ce qui est énorme", note encore le président de l’APIBW.

Au total, nous avons déjà ristourné treize millions d’euros

88 des 150 logements proposés se sont ainsi vendus à prix réduits, les autres sont encore proposés au prix plein par le promoteur. Depuis sa création, l’APIBW a permis à près de 250 ménages d’accéder à la propriété via ce type de réduction "C’est déjà pas mal ! Au total, nous avons déjà ristourné treize millions d’euros. Nous continuons à investir mais il va arriver un moment où nous n’aurons plus de réserve foncière", fait remarquer Jacques Otlet, qui se réjouit néanmoins de voir aujourd’hui se concrétiser des projets dans le centre et l’ouest de la province, les zones les plus chères. "Ce type de projet fait réagir certaines communes, qui nous proposent parfois des terrains. Il faut qu’on avance comme ça. Nous n’allons pas à nous seul régler le problème du prix du foncier en Brabant wallon, mais on va essayer de contribuer à freiner un petit peu son augmentation", conclut-il.

Articles recommandés pour vous