RTBFPasser au contenu
Rechercher

Une partie du personnel de l’hypermarché Carrefour de Berchem en grève suite à plusieurs agressions

Le personnel du magasin Carrefour de Berchem-Sainte-Agathe arrête le travail ce vendredi à la suite de plusieurs agressions
23 avr. 2021 à 13:27Temps de lecture3 min
Par Jean-François Noulet

Le fonctionnement du magasin hypermarché Carrefour de Berchem-Saint-Agathe, sur le site du Shopping Basilix, risque d’être perturbé ce vendredi. Selon la CNE, la majeure partie du personnel a décidé d’arrêter le travail après une assemblée tenue au cours de la matinée. Ce sont plusieurs agressions qui ont lieu ces derniers jours qui sont à l’origine du mécontentement des travailleurs. D’après le syndicat, ce sont principalement les managers et les jobistes étudiants qui devront faire tourner le magasin.

Tabassage, coups, morsures, attaque avec un chien : plusieurs agressions ont provoqué le ras-le-bol du personnel

Selon Manuel Gonzalez, délégué syndical CNE en charge de plusieurs magasins Carrefour à Bruxelles et dans le Brabant Wallon, les incidents se sont multipliés ces dernières semaines. Selon lui, l’hypermarché de Berchem-Sainte-Agathe est déjà connu pour être un magasin où l’agressivité de certains clients n’est pas nouvelle. Cependant, durant les congés de Pâques, les faits de violence se sont succédé. "Il y a d’abord eu une interpellation pour un vol, de la part de notre service de gardiennage. Le garde s’est fait mordre et s’est fait frapper", explique Manuel Gonzalez. "Deux jours après, un garde a dû intervenir pour un comportement inadéquat de clientèle. Il a demandé au client de quitter le magasin. Dès que le client est arrivé dehors, accompagné du garde et d’un membre du personnel, le client a décidé de lâcher son chien et a fait attaquer son chien", poursuit Manuel Gonzalez. Pour ce dernier, toutes les limites ont été franchies samedi dernier, aux alentours de 18 heures avec l’agression d’un étudiant jobiste du magasin. "Il s’est fait tabasser par deux clients. Une cheffe caissière avait demandé à ces clients de porter le masque et les clients l’ont insultée violemment. Le school (jobiste étudiant) leur a demandé de rester poli. Là, il s’est fait littéralement tabasser", rapporte le délégué CNE Manuel Gonzalez.

Le personnel en attente de solutions pour "discipliner la clientèle"

Selon la CNE, ce magasin de Berchem-Sainte-Agathe est déjà connu pour être un magasin difficile. "Le Covid n’a pas arrangé les choses, mais on ne peut pas tout mettre sur le dos du Covid", explique Manuel Gonzalez. "Cela fait plus de dix ans que je dénonce cette agressivité dans les magasins. Ce n’est pas normal qu’un travailleur vienne travailler et ne soit pas en sécurité sur son lieu de travail", estime le délégué.

Le syndicaliste reconnaît que Carrefour met en place des formations pour aider le personnel à gérer l’agressivité des clients, mais pour lui, cela ne suffit plus. "Ce ne sont plus les travailleurs qui doivent être formés. Nous, ce qu’on attend, ce sont de réelles campagnes de prévention et de sensibilisation contre ces clients agressifs, se réserver le droit d’exclure ces clients agressifs. Mais à ce niveau-là, on n’est nulle part chez Carrefour, de peur de froisser le client", estime Manuel Gonzalez.

Selon la CNE, le personnel exprime aujourd’hui, par cet arrêt de travail, son ras-le-bol. Aujourd’hui, le magasin ne devrait fonctionner essentiellement qu’avec les jobistes étudiants qui travaillent le vendredi et les managers. Selon la CNE, cela devrait perturber le fonctionnement du magasin et rendre plus difficile l’ouverture de certains rayons qui nécessitent un service à la clientèle.

La CNE avertit que lors d’une prochaine agression, la totalité des caissiers du magasin s’arrêteront de travailler. La direction a été priée d’apporter les solutions demandées qui permettront de discipliner la clientèle.

Des faits "inacceptables" pour la direction qui va voir "ce qui peut encore être amélioré"

Contactée, la direction de Carrefour rappelle qu’on est dans un contexte qui devient difficile, à la fois pour les clients qui doivent respecter les règles sanitaires et pour le personnel.

Ces faits de violence dénoncés par le personnel du magasin de Berchem sont "inacceptables", réagit-on du côté de la direction. Elle appelle les clients au "respect" et à la "bienveillance". La direction explique avoir mis en place un "plan de prévention" pour "accompagner les collaborateurs qui sont touchés".

La direction insiste sur la présence de gardes, de vigiles dans ces magasins. "On met les moyens qu’on a", explique-t-on. La Direction explique aussi qu’elle va voir ce qu’elle peut encore améliorer pour la sécurité des collaborateurs. "Notre priorité est la sécurité des clients et des collaborateurs", conclut-elle.

 

Articles recommandés pour vous