RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Une personne sur cinq touchée par un AVC, mais il est possible de récupérer !

06 oct. 2020 à 16:11 - mise à jour 06 oct. 2020 à 16:11Temps de lecture2 min
Par Laure Clerebout

AVC, trois lettres qui font peur. L’équipe de "La Grande Forme" a voulu transmettre des ondes positives autour de cette maladie. Elle a donc invité le Docteur Rutgers, spécialisé dans le domaine pour en parler. Il est Chef de Clinique en neurologie aux Cliniques de l’Europe à Bruxelles.

En Belgique, une personne sur cinq fera un AVC à un moment de sa vie. C’est une maladie difficile à prévenir. Rien ne sert de faire des batteries de tests en tout genre pour tenter de le détecter. Par contre, il est possible de minimiser le risque par une bonne hygiène de vie.

Un accident vasculaire cérébral (AVC), c’est la maladie d’une artère qui va être le siège d’un caillot de sang. Celui-ci va obstruer un vaisseau du cerveau. La zone du cerveau qui est reliée par ce vaisseau ne sera donc plus irriguée. Cela peut laisser des conséquences très importantes.

Les deux origines de ces caillots sont le cœur et l’artère elle-même.

Comment un AVC se déclenche-t-il ?

Le plus souvent le patient a accumulé des facteurs de risques vasculaires, c’est-à-dire des situations médicales qui vont altérer la qualité de ses artères. Les plus sensibles à l’AVC sont les personnes sensibles à l’hypertension artérielle, les personnes atteintes de diabète, de tabagisme, d’alcoolisme par excès, la sédentarité, … Tous ces éléments augmentent la probabilité de faire un AVC.

Mais, même quelqu’un qui n’a aucun facteur aggravant peut être touché par un AVC. C’est la faute à pas de chance. Cela peut arriver, mais c’est beaucoup moins fréquent si vous avez une bonne hygiène de vie.

Une personne sur cinq touchée par un AVC, mais il est possible de récupérer !
Une personne sur cinq touchée par un AVC, mais il est possible de récupérer ! Juanmonino - Getty Images

Comment repérer une personne faisant un AVC ?

Ce n’est pas évident. Il faut être attentif lors d’événements brutaux. Tout va bien et puis d’un coup rien ne va plus. A ce moment-là, le patient atteint d’AVC va souvent développer une paralysie dans une zone du corps ou l’entièreté. Il peut aussi développer un trouble de la parole ou de la vue. Le malade n’a pas mal ce qui va faussement rassurer la personne et son entourage.

Urgence de la prise en charge

Il est primordial de prendre rapidement le malade en charge. Il faut savoir que lors d’un AVC à chaque minute deux millions de neurones meurent. On dit souvent qu’un AVC correspond à un vieillissement de trois ans, nous dit le Docteur Rutgers.

Lorsque le patient arrive à l’hôpital, on va lui prescrire des traitements médicamenteux, souvent par voie intraveineuse, pour dissoudre le caillot. Cela permet ainsi d’essayer de diminuer les conséquences de l’AVC le plus rapidement possible.

Il faut savoir qu’il est possible de récupérer d’un AVC grâce à de la rééducation neurologique et à des soins paramédicaux. N’hésitez pas à vous faire suivre après un AVC pour mettre toutes les chances de votre côté.

Suivez le lien pour entendre toute l’émission " La Grande Forme "

La Grande Forme, c’est tous les jours de 13h à 14h en direct sur VivaCité

Loading...

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous