Une résidence d'artistes pour jeunes auteurs de BD bruxellois

Dans cet incubateur de BD, les jeunes auteurs ont un an pour développer leur talent

© © Tous droits réservés

17 août 2020 à 13:57 - mise à jour 17 août 2020 à 13:57Temps de lecture1 min
Par Tom Denis

Le musée Marc Sleen (du nom de l’auteur de bandes dessinées décédé en 2016) accueille depuis trois semaines cinq jeunes auteurs de BD, diplômés des écoles Saint-Luc et Sint-Lukas. Ils ont installé leur atelier dans cette résidence d’artistes où chacun pourra travailler sur son projet tout en côtoyant d’autres dessinateurs, artistes ou scénaristes.

L’histoire d’une inspectrice de police qui veut être une bonne mère

Eliot Vandenheede travaille sur une BD policière. Après un stage dans la police, il veut s’inspirer de cette expérience pour traduire le réel sur ses planches à dessin. Il raconte l’histoire d’Anne, 50 ans. Elle est inspectrice de police et tente d’être à la fois une bonne flic et une bonne mère. Le tout dans un décor qu’Eliot connaît bien, celui de Schaerbeek. "Ici le but, c’est de travailler à fond sur mon projet de BD, sans devoir me soucier du salaire, ce qui est une excellente mise en condition pour un jeune comme moi, qui jusqu’à présent n’a jamais rien publié".

Des conditions de travail inespérées pour de jeunes auteurs inconnus

Des conditions de travail inespérées pour des jeunes auteurs tout juste diplômés
Des conditions de travail inespérées pour des jeunes auteurs tout juste diplômés © Tous droits réservés

Dans les locaux jaune vif, aménagés dans le hall du musée Marc Sleen, Elliot et les autres auront l’occasion de travailler un jour par semaine sur leur bande dessinée. Tout en étant payé. Johan Stuyck est le coordinateur du projet "L’idée principale est de donner la chance à ces jeunes diplômés de trouver un éditeur".
Dans ce cocon protecteur, les artistes pourront rester une année au maximum. Une année avant de voler, éventuellement, de leurs propres ailes.

Articles recommandés pour vous