Belgique

Une tuile pour la construction : comment expliquer les pénuries actuelles et la flambée des prix ?

© RTBF

18 mars 2022 à 15:43Temps de lecture3 min
Par Miguel Allo avec Thomas Deschamps

La guerre en Ukraine affecte le secteur de la construction en Belgique, annonce la Confédération Construction, avec un focus ce vendredi sur le prix des tuiles céramiques. Des retards de livraison sont également possibles.

La guerre en Ukraine et la hausse des prix de l’énergie

"Les problèmes actuels à ce sujet sont liés à la guerre en Ukraine", soutien Patrick Noé, directeur du Cluster Entreprises Complémentaires. Et cela s’explique en premier lieu car : "une grande partie de l’argile utilisée pour cuire les tuiles céramiques provient traditionnellement de l’est de l’Ukraine".

Selon la Confédération Construction des alternatives peuvent être trouvées, "mais l’adaptation des lignes de production et de transport prend un certain temps". Opter pour des lignes de transport alternatives pourrait s’avérer plus long et plus coûteux, "mais nous n’en avons aucune idée pour le moment" et "cela provoque une grande nervosité dans le secteur."

Autre source d’augmentation du prix des tuiles en céramiques : le coût de l’énergie. Les fours des fabricants de tuiles fonctionnent au gaz naturel, dont le prix a déjà considérablement augmenté, explique-t-on à la Confédération Construction. Les fabricants répercutent ces coûts sur les grossistes. Étant donné que la loi interdit aux commerçants de vendre à perte, ces derniers doivent répercuter la hausse des prix sur les entrepreneurs qui à leur tour doivent en tenir compte dans leurs offres.

Un stock important aurait pu lisser cette augmentation, mais le maintien de stocks importants "n’est pas une tradition chez les entrepreneurs". Pour les commandes déjà passées, le prix convenu entre les importateurs et les entrepreneurs reste en vigueur, précise-t-on. "L’approche peut différer d’un importateur à l’autre. Nous recommandons donc à nos entrepreneurs de contacter leur(s) importateur(s). Dans tous les cas, les nouvelles offres reflètent la nouvelle situation politique et économique."

Sur le terrain

Ces difficultés autour des tuiles en céramique, Michel Deneve, directeur des achats chez Façozinc & MDMC les constate aussi sur le terrain. Cela était notable depuis le mois de décembre, mais c’est accentué au moment de la guerre en Ukraine. L’homme rappelle que la demande est très forte et les producteurs ont du mal à suivre, mais "actuellement on arrive à un summum", dit-il. Le coût pour la production de tuiles devient "astronomique".

Ce grossiste explique qu’il y a déjà actuellement des problèmes de délai de livraison, mais aussi que le prix est devenu "le prix du jour" ce qui complique en cascade le travail des couvreurs, par exemple. Ceux-ci ont bien souvent déjà donné un prix à leur client et "sont eux-mêmes entre le marteau et l’enclume".

José Araguez est justement couvreur et, il confirme lui aussi un problème d’approvisionnement sur les marchandises telles que les tuiles et les panneaux isolants "et une augmentation des prix aussi". Pour éviter toute situation compliquée (commencer un chantier et ne pas pouvoir le terminer, par exemple) il préfère actuellement privilégier la réparation des dégâts provoqués par la dernière tempête.

Des exportateurs qui ferment des lignes de production et qui exportent moins

Des exportateurs ferment actuellement des lignes parce que les prix de fabrication sont devenus trop élevés, nous explique toujours Michel Deneve. "Non seulement ils ont fermé quelques lignes ou fours, mais ils exportent moins également. Les grands tuiliers français et allemands gardent leurs tuiles pour leur marché et donc leur volonté d’exporter vers la Belgique est amoindrie et donc il y a moins de camions".

Pénurie et donc flambée des prix

Francis Carnoy, directeur général de la Confédération de la Construction Wallonne ajoute qu’il est actuellement difficile de se procurer pratiquement tous les matériaux de construction. Et la conséquence de cette pénurie, c’est une flambée des prix.

"On était dans une bonne conjoncture jusqu’avant la déclaration de guerre en Ukraine, maintenant les nuages commencent à s’accumuler" estime Francis Carnoy. Selon ce spécialiste les prix de la construction et de l’immobilier risquent d’être lourdement impacté.

La Confédération de la Construction Wallonne demande, notamment, aux autorités d’éviter tout élément qui pourrait déboucher sur d’autres hausses des coûts avec, par exemple, "un moratoire sur des nouvelles réglementations autour de la gestion des déchets ou d’exigence énergétique sur les bâtiments neufs".

Sur le même sujet

Le secteur de la construction veut embaucher 100.000 travailleurs en cinq ans

Belgique

La hausse des prix des matériaux va se poursuivre, alerte la Confédération Construction

Economie

Articles recommandés pour vous