RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

Une voiture fonce dans un groupe de Gilles à Strépy-Bracquegnies : le point sur l’enquête

20 mars 2022 à 17:05 - mise à jour 20 mars 2022 à 21:38Temps de lecture2 min
Par Jean-François Noulet

Ce dimanche matin, vers 5h00, la journée commence à être rythmée par le carnaval à Strépy-Bracquegnies.

Un ramassage de Gilles est en cours, rue des Canadiens lorsqu’une voiture arrive à vive allure et fonce dans le groupe.

Ce dimanche soir, à 17h00, le bilan fait état de six décès confirmés et de nombreux blessés dont plusieurs dans un état grave à très grave. Une personne est ainsi dans le coma et son état fait craindre que le nombre de décès passe à sept personnes.

L’enquête ne fait que commencer et devra permettre de déterminer pourquoi ce véhicule n’a pas freiné et a fauché dans sa course un grand nombre de personnes.

Le véhicule, de type BMW série 5, a été intercepté rapidement après les faits.
Deux hommes âgés de 32 et 34 ans qui étaient à bord ont été  interpellés et sont privés de liberté. Ces deux personnes sont originaires de La Louvière. Elles ne seraient pas connues des services de police, en tout cas, pas pour des faits de terrorisme.

C’est d’ailleurs ce qui a fait dire aux autorités judiciaires, dans la matinée, que la piste d’un attentat terroriste n’était pas privilégiée, même si rien n’est totalement écarté.

Extrait de notre 19h30

Devoirs d’enquête

Des devoirs d’enquête ont été réalisés. Le médecin légiste est descendu sur les lieux. Des experts automobiles se sont aussi rendus sur place.

Les occupants de la voiture, interpellés et privés de liberté sont entendus par la police fédérale à Mons. Leur voiture est analysée. Des informations communiquées par le Procureur du roi de Mons, Christian Henry, les deux personnes "revenaient d’un dancing". Elles avaient "ramené une amie juste avant", à un kilomètre du lieu de l’incident.

L'un des deux hommes était connu de la justice. Il a été déchu du droit de conduire en 2017 avant de suivre et de réussir des examens de réintégration.

Une des personnes interpellées a été emmenée pour subir des examens toxicologiques. Les résultats sont attendus lundi matin, a priori, selon le Procureur du roi. Les analyses sanguines permettront de détecter la présence de drogue. Le Procureur confirme déjà la présence d’alcool chez les passagers de la voiture.

Des images enregistrées par des caméras de vidéosurveillance doivent être analysées, notamment d’habitations proches.

L’une des questions qui se pose est pourquoi la voiture ne s’est pas arrêtée alors qu’elle était équipée d’un système de freinage automatique.

Pourquoi ?

Pourquoi cette voiture a-t-elle foncé dans la foule ? La question reste sans réponse.

On l’a dit, l’hypothèse d’un acte terroriste n’est pas privilégiée.

Celle d’une course-poursuite avec la police a aussi été évacuée par les enquêteurs.

Rien ne permet, ce dimanche en fin d’après-midi, de savoir si l’on est en présence d’un acte délibéré ou s’il s’agit d’un dramatique concours de circonstances. Le Parquet et la police prévoient une conférence de presse lundi pour faire le point sur l'enquête. 

 

 

Sur le même sujet

Drame de Strépy-Bracquegnies : le point sur ce que l'on sait ce lundi

Belgique

Paolo et Nino F., le conducteur et son cousin à l'origine du drame de Strépy-Bracquegnies

Drame de Bracquegnies

Articles recommandés pour vous