Regions

« Unis-Vers Diogène » : le CPAS de Forest accompagne les personnes atteintes du syndrome de Diogène

Image d’illustration prise lors d’un reportage de la RTBF en 2019

© RTBF

04 nov. 2021 à 11:03Temps de lecture2 min
Par Tom Denis

Comme pour essayer de combler le vide intérieur laissé par la solitude, les personnes âgées atteintes du syndrome du Diogène amassent les objets hétéroclites, les déchets ou bien même parfois les animaux. Cela conduit à des conditions de vie insalubres.

L’objectif du projet "Unis-Vers Diogène" à Forest est d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des personnes qui souffrent de ce syndrome.

Un travail de terrain

L’équipe du projet Diogène est avertie généralement par de la famille, les voisins ou bien la police après un appel. Ces signalements arrivent ensuite au CPAS de Forest et deux assistantes sociales prennent le relais. "Nous faisons un bilan au niveau social. Nous regardons ce que l’on peut mettre en ordre dans leur vie, si ces personnes peuvent recevoir l’une ou l’autre aide ou indemnité", explique Lélia Siddi, l’une des assistantes sociales du centre de santé mentale de l’Adret. "Nous mettons simplement tout en œuvre pour leur faciliter la vie. Ce sont des personnes qui ont besoin de tout mais qui ne demandent rien".

Après la prise de contact, les équipes doivent parfois intervenir dans les appartements encombrés. Cette mission est assurée en partie par Julien Doigny. "J’essaie de construire un lien de confiance qui permettra à ces personnes d’envisager la possibilité de sortir des objets. Je suis là aussi pour leur apporter cette réalité logistique : de trier les objets, sortir les objets, soit leur donner la possibilité de les recycler ou les porter dans une déchetterie", décrit le coordinateur de chantier du CPAS.

Un volet recherche

Le projet Diogène a l’ambition de nourrir la recherche en notant les observations de ces prises de contact. "Souvent ce syndrome est enclenché par un traumatisme, un deuil ou une séparation", révèle Rachida Bensliman, chercheuse en santé publique à l’Université Libre de Bruxelles. "Ces personnes essayent de donner du sens à leur vie en donnant du sens aux objets. Cela conduit à une difficulté persistante à se séparer de ces possessions", analyse la chercheuse qui travaille en collaboration avec les acteurs de terrain. L’objectif du projet Diogène, en plus de venir en aide aux Forestois atteints du syndrome, est d’apporter une technique innovante et transférable. "Dans un premier temps, nous allons nous réunir lors de plusieurs ateliers. À partir de la méthode d’analyse en groupe, nous allons construire ensemble des solutions très concrètes, une sorte de protocole d’intervention pour les personnes qui sont directement concernées", précise Rachida Bensliman.

Candidat pour le prix fédéral de lutte contre la pauvreté

Le service a été lancé en juin dernier. Il accompagne en ce mois de novembre une quinzaine de Forestois atteint du syndrome de Diogène. Les personnes victimes du syndrome sont souvent la cause de nuisances pour le voisinage. Ils font régulièrement l’objet d’expulsion domiciliaire et se retrouvent à la rue.

Le projet "Unis-Vers Diogène" est candidat pour le 13e "prix fédéral de lutte contre la pauvreté". Le lauréat final de chaque région, 9 candidats dont 3 par Région, sera choisi par le vote du public. Chaque lauréat recevra un montant de 10.000 €. Le concours fonctionne via vote et confirmation par e-mail. Il prend fin le 7 novembre à minuit.

Archive du JT sur le même sujet:

Le syndrome de Diogène, cauchemar des propriétaires

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous