RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pollution

Upfield, le géant de la margarine publie ses émissions de méthane et appelle les industriels à en faire autant

25 avr. 2022 à 09:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Le méthane a sa part de responsabilité dans les émissions de CO2, c’est pourquoi l’entreprise Upfield a décidé de rendre publique la proportion de ce gaz à effet de serre générée par ses chaînes de production.

On a coutume de parler de CO2 quand il s’agit d’évoquer le réchauffement climatique et d’expliquer sur quel aspect il faut agir pour changer la donne. Toutefois, il n’existe pas qu’un seul gaz à effet de serre, il y a le méthane aussi. Si le dioxyde de carbone se maintient beaucoup plus longtemps dans l’atmosphère, le méthane qui n’y reste qu’une douzaine d’années s’avère beaucoup plus puissant.

Lors de la COP26 en novembre dernier, la problématique avait bien été abordée. De l’avis du géant hollandais Upfield, les engagements demandés avaient surtout concerné les industriels du pétrole et de l’huile. D’après l’entreprise, qui a fait de la margarine comme la marque ProActiv sa spécialité, l’agriculture et l’agroalimentaire ont aussi un rôle à jouer.

Upfield a donc décidé de montrer l’exemple. L’entreprise présente dans 95 pays a développé une méthodologie aux côtés d’experts de la data afin de calculer les émissions de méthane que génère sa production.

On découvre alors que le méthane concerne 7,5% du total des gaz à effet de serre émis par l’entreprise.

Les produits laitiers en particulier représentent 8% de l’empreinte carbone d’Upfield, alors que cette catégorie ne concerne que 1% des ingrédients de la société néerlandaise en poids. En même temps, les produits laitiers sont responsables de 63% des émissions de méthane de l’entreprise. Voilà pourquoi ce géant de l’agroalimentaire s’est donné pour ambition d’éliminer les aliments à base de lait de ses chaînes de production.

Toutes les données sont divulguées volontairement sur une plateforme dédiée. En rendant publics ces résultats, Upfiled espère mettre les autres industriels de l’agroalimentaire face à leurs responsabilités en ce qui concerne les émissions de méthane. L’entreprise veut les inciter à suivre son exemple et à publier leur empreinte carbone.

Si l’on en croit un rapport des Nations Unies, il faudrait baisser les émissions de méthane de 45% d’ici 2030 pour espérer que le réchauffement climatique n’augmente pas de 1,5 °C.

Sur le même sujet

Climat : les émissions de méthane, puissant gaz à effet de serre, sont largement sous-estimées, alerte l’AIE

Monde

Emission de méthane par le bétail : "Il ne faut pas diminuer l'élevage chez nous et puis importer la viande", commente la présidente de la FWA

Articles recommandés pour vous