RTBFPasser au contenu
Rechercher

Info

Vacances en avion en juin ? Vous risquez un supplément carburant de 72 à 320 euros

Tout le monde en est témoin et victime, les prix des produits pétroliers et donc des carburants connaissent actuellement une flambée mondiale. Et le secteur aérien n’échappe pas à la règle. Les vols seront donc de plus en plus chers, c’est logique, mais qu’en est-il des voyageurs qui ont déjà acheté ou réservé leur billet ? Vont-ils devoir payer des suppléments liés à l’augmentation du prix des carburants ?

Chez TUI par exemple, les " suppléments carburants ", comme on les appelle, vont de 72 à 320 euros pour les départs en juin et ils pourraient encore grimper pour les mois suivants. Du jamais vu, confie-t-on chez le voyagiste. Seule parade, prendre une assurance spécifique, elle coûte entre 33 et 86 euros.

Les suppléments « carburants » : le cauchemar des vacanciers qui partent en avion

Quand on prend l’avion pour partir en vacances, on redoute les suppléments de bagages mais cet été, ce sont surtout des suppléments de prix que vont connaître certains vacanciers, à commencer par ceux qui ont réservé un voyage chez le tour-opérateur TUI.

Mais tous les clients ne sont pas concernés, cela dépend du type de produit acheté, comme l’explique Florence Bruyère, porte-parole de TUI : " quand on achète un simple billet d’avion, on paie le prix du jour et ce prix ne peut plus changer, c’est comme pour n’importe quel autre achat, on ne peut pas venir réclamer un supplément. C’est le cas des vols achetés chez TUI FLY par exemple. Le prix est fixé et rien ne peut venir s’ajouter à la somme payée par le client au moment de l’achat."

"Par contre, quand on achète un package vol + séjour à l’hôtel, on ne paie qu’un acompte au moment de la réservation et on règle le solde environ six semaines avant le départ, et là, un supplément peut intervenir et apparaître dans la facture. C’est d’ailleurs clairement indiqué dans le contrat signé à la réservation. Ce supplément est calculé sur base de la moyenne des prix pétroliers des trois derniers mois et il varie bien sûr selon la distance. "

 

Des suppléments de 72 à 320 euros contre lesquels on peut se protéger

Les touristes qui partiront en juin avec TUI dans une formule vol/séjour paieront donc un supplément de 72 euros pour l’Italie ou l’Espagne continentale comme Malaga ou Alicante, 96 euros pour la Grèce ou la Turquie, 124 euros pour les Canaries ou même 320 euros pour les vacances lointaines aux Caraïbes.

Des sommes records, selon Florence Bruyère : " c’est du jamais vu, j’ai déjà connu des augmentations mais jamais de cette ampleur. Bien sûr, ce n’est jamais agréable d’annoncer un supplément de prix mais nos clients s’y attendaient, ils voient les prix à la pompe augmenter chaque jour et d’ailleurs nombreux sont ceux qui se protègent contre ces suppléments en prenant une assurance. "

Cette assurance, c’est le " fuel protection program ", elle se prend au moment de réserver sa formule de voyage. " Chez TUI, elle était offerte gratuitement jusqu’à la mi-janvier, désormais la prime coûte entre 33 et 86 euros selon la destination. Elle permet d’éviter tout supplément de prix. C’est une assurance qui a beaucoup de succès, environ 70% des voyageurs de juin l’ont prise et ils s’en félicitent bien sûr ! "

Si le supplément est trop élevé, on peut annuler et être remboursé

Les touristes qui n’ont pas pris de protection carburant risquent donc de voir leur budget vacances gonfler, mais ils ont parfois le choix de renoncer à leur séjour. Il y a une condition, il faut que le supplément carburant atteigne 8% du prix total de la formule. Dans ce cas, la loi prévoit la possibilité d’annuler et de se faire rembourser sans frais.

Si la tendance est actuellement à la hausse, Florence Bruyère tient à souligner que l’inverse est aussi possible : " quand les prix des carburants augmentent, nous pouvons réclamer des suppléments mais il ne faut pas oublier que le système est aussi prévu pour répercuter des baisses de prix. Dans ce cas, le client voit sa facture diminuer au moment de payer le solde de sa réservation."

Ce n’est pas qu’une possibilité théorique, c’est déjà arrivé et cela risque d’arriver à nouveau, par exemple si la situation internationale s’apaise et que la flambée pétrolière retombe. Nous venons de publier nos offres de voyage pour l’hiver, elles tiennent compte bien sûr des prix élevés actuels du kérosène mais si les prix s’effondraient à l’automne, les clients bénéficieraient d’une réduction au moment de payer le solde de leur facture six semaines avant leur départ. "

 

 

Un supplément qui n’est pas appliqué par tous les tour-opérateurs

Contrairement à TUI, la plupart des autres tour-opérateurs ne réclament pas de supplément pour des vacances déjà payées. Pourquoi ? Parce qu’ils fonctionnent toujours sur des carburants achetés en quantité par le passé, et donc avant l’explosion des prix qui a suivi l’invasion russe de l’Ukraine.

Chez TUI par contre, les prix des carburants sont fixés au jour le jour et ils peuvent donc varier par rapport à la facture initiale, ce que le voyagiste répercute ensuite sur ses clients. C’est ce qu’il vient de se produire. "Notre offre de voyage de cet été a été établie au mois de septembre. A ce moment-là, personne n’imaginait que huit mois plus tard le prix du kérosène serait multiplié par trois. Mais je le répète, cela peut jouer dans les deux sens. Si les prix baissent à l’avenir, nos clients verront le prix de leurs vacances diminuer, même pour un contrat déjà signé."

Mais ne rêvons pas, la tendance est plutôt à la poursuite de la hausse. Les vacanciers de TUI qui doivent partir en juillet peuvent donc s’attendre à subir un supplément carburant encore plus élevé que ceux de juin.

Sur le même sujet

Vacances 2022 : la France et la Belgique sont les deux destinations favorites des Belges pour cet été

Belgique

Oui, les voyageurs sont réceptifs aux options de compensation carbone

Ecologie

Articles recommandés pour vous