RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Vaccination des 6-11 ans : "On veut aller trop vite", estime Dimitri Van der Linden, porte-parole de la Task force pédiatrique

15 nov. 2021 à 21:29 - mise à jour 16 nov. 2021 à 10:10Temps de lecture3 min
Par Hugues Angot

La semaine dernière, plus de 10.000 nouveaux cas de contaminations au Covid-19 ont été détectés chaque jour. C’est 39% de plus que la semaine précédente. Ce week-end, le chiffre symbolique des 500 patients Covid en soins intensifs a été franchi. Une situation jugée préoccupante, et qui incite nos autorités à avancer le comité de concertation à ce mercredi. Le Codeco pourrait décider de resserrer la vis, comme le demande le GEMS, le groupe d’experts qui conseille nos responsables politiques.

Pour faire le point sur la situation sanitaire, QR l’actu a invité Leïla Belkhir, infectiologue aux cliniques universitaires Saint-Luc, et Dimitri Van Der Linden, porte-parole de la task force pédiatrique.

Masque obligatoire en intérieur ?

Leïla Belkhir rappelle que le masque est un outil indispensable à l’intérieur pour lutter contre la propagation du virus. "On constate que beaucoup de gens ne portent plus correctement le masque, pourtant il est extrêmement utile, tout comme l’aération en particulier quand beaucoup de personnes se rassemblent".

Contacts limités pour les fêtes ?

La situation est certes critique mais l’infectiologue ne veut pas céder à la panique. Si l'on évoque les fêtes et l’éventuelle limitation de contact, Leïla Belkhir relativise : "Nous avons encore un mois et demi avant les fêtes de fin d’année et, d’ici là, nous avons encore le temps d’adapter nos comportements. Nous pouvons tous agir et jouer un rôle pour diminuer la transmission et les contaminations". Pour Dimitri Van der Linden, nous sommes aussi mieux armés pour faire face à l’épidémie : "Nous avons accès à des autotests pour les enfants et pour les adultes, qui peuvent éventuellement servir avant de se réunir en famille. On doit aussi veiller à la ventilation et à privilégier les activités en extérieurs".

Vaccination des 6-11 ans ?

Les mesures en vigueur dans l’enseignement ne sont pas suffisantes, selon le ministre de la santé, Frank Vandenbrouck. Il est d’ailleurs en faveur d’une vaccination pour les enfants entre 6 et 11 ans qui devrait d'ailleurs démarrer en janvier : "On attend le feu vert de l’Agence européenne. Si leur avis est positif, il faut le faire."

Pour le porte-parole de la Task force pédiatrique, il ne faut pas brûler les étapes : "Les premières données sur la vaccination des plus jeunes sont effectivement rassurantes en termes de sécurité vaccinale et d’efficacité, mais il reste une question importante en suspend… Dans quelle mesure faut-il vacciner les enfants de façon massive alors que plus d’un million d’adultes n’est pas encore vacciné ? A titre individuel, la vaccination d’un enfant peut s’avérer nécessaire ou utile s’il a parmi ses proches quelqu’un d’immunodéprimé ou de fragile, mais à plus large échelle, il ne faut pas oublier les enjeux éthiques et sociétaux. A mon sens, il faut y aller étape par étape, et j’estime qu’on va trop vite sur cette question".

Masque obligatoire dès 9 ans ?

Le ministre fédéral de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, s’est dit également favorable à l'usage généralisé du masque buccal pour tous à partir de l’âge de 9 ans pour lutter contre la flambée des contaminations. Dimitri Van der Linden précise que le débat du masque est devenu très passionnel : "Il faut savoir qu’il n’existe pas de consensus sur cette question scientifique sur le port du masque chez les plus jeunes. Même l’OMS recommande de bien peser le pour et le contre. Les inconvénients en termes de comportements, d’apprentissage doivent être mis en balance avec les avantages en termes épidémiologiques. Personnellement, je n’ai pas d’avis tranché sur la question excepté quand un enfant est en contact avec une personne fragile, alors là le masque est plus que recommandé".

QR l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Covid: l'efficacité du vaccin pour les 5-11 ans diminue très rapidement

Coronavirus

Coronavirus en Espagne: la campagne de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans a commencé

Articles recommandés pour vous